Modern technology gives us many things.

Abandon de l’excision : Face au véto des chefs religieux, les femmes de Sédhiou invitent les députés à plaider en leur faveur

excisionSi malgré l’application d’une loi interdisant la pratique ainsi qu’une
intense campagne de sensibilisation menée par des Ong, la mutilation
génitale féminine (MGF) communément appelée excision demeure une
pratique vivace à Sédhiou  c’est  parce qu’elle est perçue comme une
forte recommandation religieuse.
C’est du moins une conviction des femmes qui en sont les principales
victimes. Pour abandonner cette pratique néfaste sur l’intégrité
physique et morale de la femme, la solution et de combattre le mal par
la racine en impliquant les chefs religieux musulmans du Pakao dans la
croisade contre le fléau. Les femmes conscientes du danger du
phénomène, ont fait cette révélation au cours d’une  réunion de
sensibilisation sur l’abandon de l’excision organisée par une mission
de parlementaires qui sillonne la région de Sédhiou ce weekend.
khady mané député psConduite par le Député de la majorité Khady  Mané (photo), la mission
composée essentiellement de parlementaires exécute ainsi, un plan
d’action concocté par l’Assemblée Nationale   en partenariat avec
l’UNICEF , le FNUAP, et le comité de  l’Association des parlementaires
européens partenaires de l’Afrique (AWEPA).Ce comité piloté par Hawa
Dia Thiam, Présidente de la commission santé de la Chambre des
Députés, mise sur la sensibilisation pour un abandon total de la
pratique de l’excision  .
A travers une mobilisation sociale ayant pour cadre le domicile du
Député Khady Mané sis au quartier Montagne rouge, des femmes ont
échangé avec les élus et des représentants du Ministère de la santé
sur les questions liées à la pratique de l’excision.
« Après la formation des parlementaires membres de la commission santé
sur la problématique de l’excision et celle des députés des régions
touchées par le phénomène, cette activité constitue   la troisième
étape intitulée visite de terrain dans les régions à fort taux de
prévalence concernant l’excision », explique Docteur Omar Ndoye ,  le
coordonateur du comité de pilotage. Il s’agit notamment des régions de
Kolda, Kédougou, Tambacounda  Matam, Ziguinchor, Sédhiou…

A en croire Docteur Ndoye, l’implication des députés reste une innovation de taille
dans la lutte contre la pratique de l’excision  au Sénégal.
Ce programme, démarré en  Octobre, va être bouclé en fin Décembre et il
va mettre l’accent sur  « une évaluation des perceptions des
populations locales concernant l’excision ainsi que de leur niveau de
connaissance des inconvénients de cette pratique ». Il permettra
également « de comprendre leurs attentes vis-à-vis de leurs élus ».

Durant les rencontres les populations sont sensibilisées sur « les
effets néfastes » de la pratique. Pour plus d’efficacité à cette
démarche qui se veut « qualitative », Le programme va impliquer « les
autorités administratives, coutumières et religieuses dans la lutte
pour l’abandon de l’excision ».
Se félicitant de cette belle initiative du Parlement, Honorable Khady
Mané qui se dit foncièrement contre la pratique de l’excision a salué
la mobilisation des femmes de Sédhiou qui selon elle « sont engagées à
98% » pour abandonner cette pratique « dégradante de la santé de la
femme ».
Seulement, « leur volonté de révolutionner se heurte  au véto des
chefs religieux très conservateurs», a déploré l’ex matrone de
l’hôpital de Sédhiou qui, en compagnie de ses pairs, se dit prête à
mener la bataille auprès de ces derniers.
Ousmane DEMBA/Sédhiou .Xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.