sédhiou ville corrompuPour la section locale du forum civile à Sédhiou certains élus de la ville  n’ont pas les mains propres. Ils sont accusés de mauvaise gestion et de manque de transparence. Ces révélations sont faites à
l’occasion de la journée internationale de lutte contre la corruption pour mettre un terme à ce manque d’orthodoxie dans la gestion des fonds publics. Le forum civil de Sédhiou compte saisir les instances de contrôle de gestion comme la cour des comptes ainsi que l’ARMP pour étendre les actions de contrôle dans la gestion des collectivités locales de Sédhiou. El Hadji Abdoulaye Dia, le coordonnateur régional de la section du forum civil de soutient avoir été interpelé par des Fournisseurs et Entrepreneurs de Sédhiou. Ceux-ci réclament plus de transparence dans les procédures de passation des marchés publics

26 millions pour corrompre des chefs de services, des Maires et des Pcr de Sédhiou

Pour acquérir un marché, des entrepreneurs et fournisseurs de Sédhiou ne lésinent pas sur les moyens pour faire la pression sur ceux qui les attribuent notamment des élus locaux et des chefs de service. Récemment quatre d’entre eux se sont livrés à la pratique devenue monnaie courante. Ainsi un montant global de 26 millions a été payé  à titre de pot de vin. Cette révélation est du Président de l’Association des Fournisseurs et Entrepreneurs de Sédhiou (AFES). C’est au cours d’une réunion tenue ce Dimanche de l’école Dembo Coly. Cette rencontre dirigée par le Président de la chambre des métiers donne l’occasion à cette association de frondeurs créée en mars 2013  de réaffirmer sa « raison d’être, d’accueillir de nouveaux membres, de sensibiliser les autorités et l’opinion publique sur les maux qui gangrènent les activités des fournisseurs et entrepreneurs de Sédhiou ».
Ousmane Badji de préciser que l’AFES vise à « rationnaliser les interventions de ses membres en contribuant à mettre de l’ordre dans un domaine, qui si rien n’est fait, va rester une jungle où les gros
poissons qui ne sont pas nécessairement les plus compétents vont manger les plus petits ; et cela au détriment des populations de Sédhiou, des collectivités locales, de l’Etat, de l’entreprenariat local…». Pour le Président de l’Afes il est « plus que nécessaire aujourd’hui de mettre un terme au chantage, au trafic d’influence, au népotisme constatés dans les procédures de passation des marchés publics ».Si la pratique se généralise et semble être bien organisée au Sénégal « l’urgence est de libérer les fournisseurs et entrepreneurs de Sédhiou du carcan traditionnel et inacceptable de ce qui est communément appelé : dix pourcent (10%). » l’AFES, qui exprime sa ferme volonté de participer, au développement de la région considère qu’ « il est important de fédérer tous les fournisseurs et tous les entrepreneurs qui sont en désaccord avec la réalité actuelle et qui aspirent à un autre Sédhiou dans le secteur d’activité des fournisseurs et entrepreneurs. »Toutefois, « Cela passe par un assainissement de ce secteur par la lutte systématique contre les fournisseurs et entrepreneurs fictifs ou « écrans, cartables », le climat ambiant de corruption, l’irrespect des procédures des marchés publics. ».Enfonçant le clou Ousmane Badji pointe un doigt accusateur sur des élus et des administrateurs civils qui se sucrent sur le dos des fournisseurs et des entrepreneurs. « Ces faits et attitudes de certains chefs de services et autorités locales (PCR, maires) que nous décrions sont contraires à la vision affichée des plus hautes autorités de l’Etat appelant à la « bonne gouvernance », à l’éthique républicaine, à la lutte contre la corruption, la concussion avec la création d’une panoplie d’institutions de contrôle auxquelles sont affectés des moyens budgétaires conséquents », déplore-t-il.
L’AFES n’hésitera pas à dénoncer les autorités qui demanderont aux fournisseurs et entrepreneurs de verser 10% pour bénéficier de marchés. Nous invitons à tous les membres à  SERVIR SEDHIOU en ne faisant pas de surfacturations et à livrer des produits de qualité. Un programme d’activités sera élaboré par l’AFES dans lequel figurera en bonne place un plan de formation des fournisseurs et entrepreneurs membres de l’association comme l’a suggéré le Président de la chambre des métiers. Kadry Barro se dit d’ailleurs convaincu que la majorité des membres de l’Afes ne sont pas à jour. En plus la division est bien notoire avec la tenue de deux réunions parallèle ayant enregistré chacune une vingtaine de participants. Interpelé sur la question le Président de l’association des élus locaux de Sédhiou dément Sankoung Sagna invite plutôt Ousmane Badji  à assainir la devanture de sa cour avant de porter des accusations gratuites et graves sur des élus qui n’ont rien à se reprocher. « Il n’a qu’à citer des noms », balance le pcr d’Oudoucar qui parle de diffamation de la part d’un homme peu crédible. « Il doit la fermer si non… ».

Ousmane Demba/Sédhiou.xibaaru.com 

 

PARTAGER