Modern technology gives us many things.

A Sédhiou, les élèves demandent la reprise des cours, la police leur tire dessus : 4 blessés

policier tireLa grève des élèves du collège d’enseignement moyen de Djirédji déclenchée mercredi dernier a dégénéré. « Ce sont des élèves des classes de seconde et de première qui sont à l’origine de ces agitations »indique omar Sall, le chef de cet établissement moyen transformé en lycée.
Quatre d’entre eux sont blessé par balle tirés par les policiers qui assurent la sécurité du sous-préfet de cet arrondissement du Boudhié situé au sud ouest de Sédhiou. Deux sont sérieusement atteint. L’un souffre d’une fracture à la jambe et l’autre d’une fracture  au bras.
Après avoir décrété 72 heures de grève renouvelables, des potaches qui réclament l’électricité, l’eau, des profs de maths, svt et des lettres sont passés à la vitesse supérieure. Après leur Ag d’évaluation, ils ont décidé de rencontrer le Principal pour s’enquérir de l’évolution d’un mémorandum qu’ils avaient soumis à l’administration. Au cours des échanges, le ton a monté. « Je leur ai fait comprendre que le dossier est en bonne voie  », indique Omar Sall qui a eu du mal à convaincre et calmer les ardeurs des potaches. Comme s’ils accusent l’administration et le personnel enseignant des lenteurs notés dans la satisfaction de leur plateforme revendicative. Le face à face a vite tourné au vinaigre. Les enseignants se sont retranchés dans le bloc administratif pour se protéger d’une pluie de pierres qui s’abattent sur le bâtiment .Très déterminés dans leurs assauts, les potaches très violents du reste ont ainsi séquestré le Principal et ses adjoints pendant un bon quart d’heure. Se sentant en danger Face à une meute de grévistes, le principal a fait appel aux éléments du Gmi qui assurent la sécurité du Sous-préfet. Ces derniers n’ont pas hésité à faire usage de leurs armes à feu. Ils ont tiré sur la foule  blessant 4 élèves dont  2 dans un état critique. Admis à l’EPS de Sédhiou en premier lieu, ils sont finalement évacués à Ziguinchor car la radiologie de l’hôpital de Sédhiou est en panne depuis des mois. Très touchés par cette agression qu’ils qualifient de ‘provocation’, les élèves ont manifesté leur colère par des actes de vandalisme dans le village. « Le domicile du Principal a été visité et
mis à sac » informe une source. Les élèves réclament la lumière  et décrètent un mois de grève.
Ousmane Demba/Sédhiou.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.