Modern technology gives us many things.

655 milliards de francs pour la recherche sur le VIH, la tuberculose et le paludisme

sida gabonLe coordonnateur de la section sénégalaise du partenariat Europe-Pays en développement pour les essais cliniques (EDCTP), le professeur Alioune Dièye, a révélé lundi le lancement en 2014 d’un programme destiné à financer la recherche dans le domaine du VIH/Sida, du paludisme et de la tuberculose doté d’une enveloppe d’un milliard d’euros (environ 655 milliards de francs).

‘’Ce programme permettra de renforcer les équipes africaines et européennes pour mieux prendre en charge les recherches dans le domaine du VIH/Sida, du paludisme et de la tuberculose’’, a indiqué le professeur Dièye, en marge de l’ouverture des travaux de la réunion de coordination du partenariat EDCTP.

Cette réunion de deux jours est l’aboutissement de dix années de programmes financés par le partenariat EDCTP. Elle  »donne l’occasion aux acteurs de se retrouver, après des évaluations très positives par rapport à ce qui a été fait, pour redoubler d’efforts et financer davantage ce qui a été fait », a-t-il expliqué.

‘’Cette réunion permettra au Réseau ouest africain contre la tuberculose, le Vih-Sida et le paludisme (Wanetam) et au Réseau centre africain contre la tuberculose, le Vih-Sida et le paludisme (CANTAM) de faire l’inventaire de leurs insuffisances’’, a-t-il dit.

Profeseur Alioune Dièye a fait comprendre que dans le cadre du partenariat ces deux réseaux ont décidé de joindre leurs forces pour préparer la seconde phase du programme EDCTP prévue en 2014. ‘’Nous avons pu diagnostiquer de façon précise, que notre défaut majeur est que nous n’avons pas suffisamment intégré nos activités’’, a-t-il soutenu.

A en croire le professeur Dièye, également chercheur à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN),  »cette rencontre a surtout permis de déceler les insuffisances pour faire éviter de dédoubler les efforts et aussi mettre en commun les faibles moyens financiers à la disposition des programmes ».

‘’Dans ce nouveau programme, a-t-il souligné, nous allons renforcer nos interactions, mettre en commun nos moyens financiers et participer de manière intensive à la formation des jeunes chercheurs pour les préparer à prendre le relais’’.

Selon lui,  »c’est un aspect extrêmement positif que des Africains décident d’aller ensemble et de collaborer de manière intensive pour lutter contre des maladies partagées par ces différents pays’’.

Il est important, a-t-il ajouté,  »d’identifier les points forts, de relever les insuffisances et de renforcer la collaboration entre l’Europe et l’Afrique, mais surtout d’intéresser davantage les autorités politiques ».

Les commentaires sont fermés.