commerce
Le président Macky Sall plébiscité par ses partisans de kaolack

Le Pr Babacar Guèye a assisté à une véritable levée de boucliers après avoir déclaré que le chef de l’Etat, Macky Sall, peut bien briguer un 3e mandat s’il est réélu en 2019. A l’en croire, « la révision constitutionnelle de 2016 a été rédigée de telle sorte qu’on peut raisonnablement penser qu’il est possible que le Président Macky Sall brigue un 3e mandat. Il y a dans cette affaire un problème de succession de lois. La première est relative à l’article 27 issu de la Constitution de 2001 et cette révision constitutionnelle de mars 2016 qui ne mentionne plus le mandat de 7 ans ».

Un point que les partisans du pouvoir se sont empressés d’éclaircir en indiquant avec assurance que le Président Macky Sall ne fera que deux mandats s’il est réélu. Des juristes et des constitutionnalistes se sont également prononcés sur ce débat pour souligner qu’il est impossible au locataire du Palais de briguer un autre mandat en 2024.

Cependant, vu comment, l’ancien Président Wade avait opéré un retentissant wax waxeet pour se maintenir au pouvoir en 2012 et comment le président de la République, Macky Sall avait procédé concernant la réduction de son mandat de 7 à 5 ans en 2016, il est fort à propos de s’intéresser à la question. Le Président Sall avait dit partout, et avec fierté, qu’il allait réduire son mandat, ses partisans et alliés avaient investis tous les médias, exactement comme ils sont en train de le faire, pour assurer que la Présidentielle aurait lieu en 2017. Mais au finish, c’est le Conseil constitutionnel qui avait été saisi et c’est lui qui a finalement tranché.

Tant qu’il y aura des brèches dans la Constitution par où nos dirigeants peuvent passer pour se maintenir au pouvoir, nul ne peut savoir avec certitude comment ils vont se comporter. Car, la parole donnée ne vaut plus rien chez eux vu les wax waxeet auxquels ils ont habitué le peuple. La seule solution, c’est de rédiger les textes de sorte qu’il n’y ait pas plusieurs interprétations qui permettent aux hommes politiques de faire ce qu’ils veulent. L’opposition et le peuple sénégalais doivent en tout cas rester vigilants du moment que le débat est posé.

PARTAGER