Modern technology gives us many things.

Mondial 2018…Le Sénégal sauve l’honneur de l’Afrique

Ouf ! Le Sénégal a vengé l’honneur africain dans ce Mondial 2018, en battant la Pologne 2-1, mardi à Moscou, pour la première journée du groupe H, après les défaites de l’Égypte, du Maroc, du Nigeria et de la Tunisie.

Seize ans après leur dernière et unique participation à la Coupe du Monde, la magie sénégalaise va-t-elle encore opérer?

En 2002, les Lions de la Teranga avaient participé à l’élimination des tentants du titre français au premier tour en remportant le match inaugural à la surprise générale, avant de se hisser en quarts de finale et de baisser pavillon face aux Turcs.

Cette fois, face à un adversaire certes moins prestigieux, les hommes d’Aliou Cissé, capitaine de la sélection de 2002 et sélectionneur depuis trois ans, ont fait preuve d’un grand sang-froid et d’une discipline d’acier pour remporter ce match qui n’a jamais tutoyé les sommets footballistiques.

«L’équipe a été très compacte, très agressive, le bloc est resté très solide. En deuxième demie, on a été très bon dans les transitions offensives-défensives […] On a su mettre en place le système qu’il fallait, on les a fait déjouer», s’est félicité Cissé.

La vedette polonaise Robert Lewandowski n’a pas réussi à cacher la médiocrité de la forêt de joueurs polonais, muselés sur leurs points forts, le jeu de transition et les ailes.

Lors de la première demie, les deux équipes se craignaient, abandonnant toute idée de pressing pour se recroqueviller sur leurs quarante derniers mètres pour boucher les espaces.

But contre son camp et confusion

Les Rouge et Blanc, pourtant têtes de série du groupe et soutenus par un nombreux public venu du pays voisin, ont été totalement incapables de créer des décalages devant Le Sénégal.

«Il y a eu beaucoup d’éléments pas satisfaisants dans ce match. Les ailiers ont bien travaillé, mais sur certaines actions dans l’axe, on n’a pas bien utilisé nos leaders. Nous manquions de dynamisme […] Nous avons mieux joué après la pause, mais ce n’était pas suffisant», a déploré le sélectionneur Adam Nawalka.

Il a fallu attendre la 50e minute et un coup-franc de Lewandowski boxé sans trop de difficulté par Khadim Ndiaye pour prononcer — timidement — le mot «occasion» à leur sujet.

À la 56e minute, Lukasz Pisczek a raté le cadre sur une volée, seul au deuxième poteau et 15 minutes plus tard, Arkadiusz Milik ratait également, sur un extérieur du pied à six mètres des buts.

Pire, les Polonais ont quasiment donné le bâton pour se faire battre.

C’est en effet le défenseur Thiago Cionek qui, à la 37e minute, a dévié une frappe d’Idrissa Gueye qui ne semblait pas destinée à faire mouche, prenant le gardien Wojchech Szczesny à contre-pied, ce qui ouvrait le pointage.

Et, ensuite, à la 60e minute, Grzegorz Krychowiak a adressé un ballon en retrait extrêmement désinvolte et hasardeux qui s’est transformé en passe décisive pour Mbaye Niang qui a pris de vitesse le gardien adverse qui s’était aventuré très loin de son filet. Niang n’a eu qu’à pousser le ballon dans une cage complètement vide.

Le Sénégal par son milieu défensif s’est un peu rattrapé en réduisant la marque d’une magnifique tête croisée en extension à quatre minutes de la fin, mais ce fut trop peu trop tard pour les Polonais.

Le match de dimanche (14h) entre la Pologne et la Colombie, qui devait être le sommet de ce groupe, aura des allures de match de la mort. Et malheur au vaincu.

Les commentaires sont fermés.