Modern technology gives us many things.

l’opposition est-elle…antirépublicaine ?

Sous l’ère Macky SALL, le pétrole et le gaz auront fait couler beaucoup plus d’ancre que n’importe quelle autre question. Même les débats politico-judiciaires sont parfois relayés au second plan au profit de ces sujets hautement sensibles. Autant du côté du pouvoir que de l’opposition, on se rivalise d’arguments pour soit construire ou déconstruire une certaine théorie. De la passion, on en aura notée dans les discussions car la découverte des ressources naturelles à savoir le gaz et le pétrole pose sur la table un problème crucial : sa gestion qui détermine le caractère béni ou maudit de ces ressources. Alors, il est tout à fait salutaire de la part du chef de l’Etat d’appeler à des concertations pour un meilleur management des profits qui en seront tirés. Dès lors tout boycotte de l’opposition, qui se dit pourtant républicaine et patriotique, devient juste une démission face à une question aux enjeux multiples.

L’opposition a mille raisons de répondre à l’appel mais…

En observant attentivement la tournure actuelle des relations internationales, on ne peut s’empêcher de se rendre compte que seules les montagnes ne se rencontrent pas. En effet, la rencontre prochaine du président des Etats-Unis Donald Trump et celui de la Corée du Nord Kim Jong UN démontre que parfois les divergences peuvent et doivent être tues pour l’intérêt supérieur des nations. Mais comme d’habitude, sur le plan du dialogue, il est regrettable de constater que nos hommes politiques ne sont pas à la hauteur. L’exception sénégalaise serait passée par là. Sinon comment comprendre que des forces vives, techniquement outillées pour donner leurs avis sur une question aussi sensible que la gestion du pétrole et du gaz, décident de faire un faux bond ? Plus que d’autres, certains politiciens doivent saisir la balle au bond et éclaircir la lanterne des sénégalais sur ce qui serait flou dans les contrats signés et le management des ressources. C’est une occasion rêvée pour l’opposition et le pouvoir d’arrêter leur dialogue virtuel par presse interposée et discuter dans une posture digne de leaders d’opinion.

Pour s’être propulsé au-devant de la scène avec notamment la question du pétrole et du gaz comme ligne d’attaque contre le régime SALL, Ousmane Sonko ne devrait pas sevrer les patriotes de ses réserves et craintes. Inspecteur des impôts, sa radiation trouve son fondement dans des allégations fracassantes plus sur ces questions que sur celles liées à son ancienne fonction aux impôts et domaines. Mieux encore, la publication de son livre « Pétrole et gaz au Sénégal : chronique d’une spoliation » devrait l’obliger à accorder une suite favorable à une telle invite pour éviter justement toute spoliation en aval de l’exploitation comme celle qui serait notée en amont. Le leader de PASTEF semble avoir des arguments solides, mais il faut qu’il les présente à qui de droit et le peuple jaugera et jugera. Les questions soulevées lors du vote de la loi sur la question concernant le pourcentage que notre pays tirera de l’exploitation et une gestion vertueuse de ces recettes doivent continuer de primer sur toute autre considération en tant que représentant du peuple. Question de logique !

Tout comme lui, l’opposition réunie autour du FPDR (Front Patriotique pour la Défense de la République) dont le PDS devrait avoir l’obligeance d’être autour de la table pour les mêmes raisons. A un moment donné, le PDS et ses alliés se sont fait comme cheval de bataille la dénonciation d’actes peu catholiques d’Aliou SALL et Frank Timis. Pendant des mois (et même jusqu’à ce jour), le débat aura tenu en haleine tout un pays et des scandales (supposées ou vraies) étaient révélées çà et là. La plainte de Timis contre les opposants et la contre-plainte de ces derniers témoignent à suffisance la nature sérieuse de la question du pétrole. Au vu de ceci, il apparaît clairement incongru de la part de cette opposition-là d’opposer une fin de non-recevoir à la lettre d’invitation à eux envoyée. Dire au président les magouilles existantes et proposer des moyens d’y remédier ou d’y mettre fin, voilà le rôle d’une opposition responsable. Agir autrement c’est fuir sa responsabilité !

Il en est de même pour Idrissa Seck qui attaquait le président Macky SALL sur le pétrole et le gaz après sa visite en Mauritanie. Non sans promettre de dire les termes du maudit accord que le chef de l’Etat avait paraphé avec la partie mauritanienne. Très en colère, il alla même jusqu’à le taxer de préfet d’Aziz (le président de la Mauritanie) pour fustiger le déplacement en Mauritanie qui n’était d’aucun intérêt pour notre pays. A en croire le président du parti REWMI, Macky SALL avait tout simplement ramé à contrecourant des intérêts de son peuple. C’est à la suite de ces allégations d’ailleurs que le député et numéro 2 de son parti Déthié FALL s’engagera à proposer une commission d’enquête parlementaire sur la question. Pour lui aussi, cracher sur cette opportunité de dialoguer pour l’intérêt de la nation me semble vraiment un acte mal réfléchi. Ne dit-on pas d’ailleurs qu’il vaut mieux l’avoir dit que l’avoir pensé ?

…chat échaudé craint l’eau froide

L’absence de dialogue sur des questions aussi essentielles que le pétrole et le gaz ne résulte pas seulement du manque de volonté de l’opposition. Elle ne saurait être à elle seule comptable de cette situation. En vérité, le pouvoir a pendant longtemps pris des initiatives de manière unilatérale depuis que le sujet a fait son apparition. Aux arguments des opposants, les alliés du chef de l’Etat répondent toujours par des contre-arguments qui parfois donnent plus l’air d’attaques que de simples mises au point. La chronologie ne semble pas respectée ici puisque d’importantes décisions ont été prises sans consulter l’opposition ou prendre en compte leurs points de vue. Avant de recueillir les avis des forces vives sur la gestion des recettes, il fallait d’abord les inviter à discuter des termes de l’accord qui allait être signé avec la Mauritanie. En prenant sur lui la décision de faire du 50-50 avec le président Aziz, et en activant sa majorité pour le vote de la loi, le chef de l’Etat a par la même occasion clos les débats. Dès lors, discuter de la gestion des recettes alors que l’on digère mal sa répartition relève de la pire des incohérences. Alors pour eux, la concertation ne fera pas recette.

Il ne manque pas de sujets où l’opposition est consultée de manière régulière. Sur des questions relatives à la loi électorale par exemple, des dialogues ont en effet eu lieu entre acteurs mais rares sont les fois où une suite est donnée aux préoccupations de l’opposition. Et dans ces rencontres, le pouvoir se donne toujours les moyens de réunir, avec ou sans l’opposition significative, des chefs de partis acquis à sa cause afin de valider ses décisions. Les élections législatives passées en sont une parfaite illustration. Ayant compris ce jeu de dupe auquel les tenants du pouvoir les auront habitués, les opposants décident de ne plus jouer le jeu de la mouvance présidentielle et de lui servir de faire-valoir. Après tout, la confiance n’est pas monnaie courante entre acteurs politiques sénégalais et il faudrait de tout pour la gagner!

Ils font légion, ces exemples de coup bas de la majorité présidentielle. D’abord, les assises nationales (mêmes signées sous réserve par Macky SALL) n’ont pas connu une franche application ou adoption de la part du chef de l’Etat qui les jette aux oubliettes. Arguant qu’elles ne sont ni la bible, ni le coran ou la torah, il s’inscrit toujours en faux contre tout engagement de sa part d’en appliquer les termes. A la place, une étude d’égale valeur sera commanditée par le chef de l’Etat ; elle sera pilotée par Amadou Mokhtar Mbow, celui-là même qui avait conduit les assises nationales. Là aussi, les conclusions de la Commission Nationale des Réformes des Institutions (CNRI) seront déchirées par la mouvance présidentielle qui veut défendre son bifteck à tout prix. Comme récompense, des attaques seront faites contre la personne de l’ « assisard » en chef et comme à son habitude le président révèlera qu’il ne prendra que ce qui l’arrange. D’ailleurs, personne n’en reparle malgré l’argent du contribuable injecté dans ce projet de la CNRI dont les conclusions sont jugées pourtant importantes par des esprits avertis.

L’un comme l’autre, ces moments d’échanges ont prouvé que le dialogue n’est pas chose inconnue des forces vives du pays. N’eût-été cette supercherie que les uns et les autres se jouent, les opposants seraient peut-être partis pour soulever des questions d’ordre économique et social sur les populations impactées. Le gaz et le pétrole sont découverts dans des sites où les gens vivaient  et continuent de vivre principalement de pêche. Ce qui veut dire que l’exploitation causera d’importants dégâts sur les ressources halieutiques qui se font rare de jour en jour et la bourse du petit pêcheur, du mareyeur et des poissonnières en prendra un grand coup. Il faudra que la répartition des recettes tienne compte particulièrement de ces corps de métier afin de compenser les énormes manques à gagner. Parmi ces opposants boudeurs, quelqu’un aurait pu lever un lièvre par rapport aux conséquences écologiques et sanitaires de ces mêmes populations. L’Etat doit ainsi légiférer en tenant compte de ces réalités tant sur le plan local que national. Parmi les opposants boudeurs, quelqu’un pourrait avoir l’ingénieuse idée de poser le débat de l’implication supposée ou réelle du frère du président de la République dans le pétrole et cette fameuse institution financière qu’est la Banque de Dakar. Voilà autant de raisons qui devraient pousser les leaders politiques, porteurs de voix d’un bon nombre de citoyens, à répondre à l’appel de la Nation pour l’intérêt supérieur de tout un peuple. Il faut surtout envisager des mécanismes qui soient assez efficaces pour mettre hors d’état de nuire les vautours qui ne guettent que la moindre occasion pour piller nos ressources.

Ababacar GAYE, chroniqueur

Ababacarguaye@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.