Modern technology gives us many things.

Les politiciens écartés de la marche des étudiants…

Le Sénégal se veut un pays démocratique mais il lui reste beaucoup de chose à apprendre. Ses hommes politiques ne savent pas faire la part des choses entre le politique, le social et le religieux. Ou alors ils sont souvent de mauvaise foi dans leurs démarches. En effet, dans les pays démocratiques, quand un malheur frappe la Nation, c’est la solidarité nationale qui prime sur toute autre considération. Tout le monde est affecté et on essaie de respecter autant que possible le deuil des familles éplorées. Et c’est le peuple lui-même qui veille à recadrer toute personnalité publique qui tenterait de faire de la récupération que ce soit à des fins publicitaires ou politiques.

Chez nous, certains de nos politiciens n’ont aucune espèce de morale qui les interdise de tomber dans la politisation à outrance des tragédies qui endeuillent le pays. Au contraire, on a comme l’impression que c’est une aubaine pour eux de pouvoir tirer encore plus sur le régime. Aussi, la décision de la Coordination des étudiants de Saint-Louis d’écarter toute formation politique de leur série de marches est à saluer. Ce problème regarde strictement les étudiants qui sont pourtant de différentes chapelles politiques mais qui doivent lutter pour le même objectif. Or, l’opposition voudrait sauter sur l’occasion pour casser du Macky.

Il est temps que la population, à l’instar du CESL, stoppe les dérives de la classe politique, opposition comme pouvoir. Certaines luttes doivent dépasser le cadre politique. Elles doivent transcender les appartenances politiques, ethniques voire même religieuses pour ne viser que l’intérêt national. C’est au peuple d’imposer le nouveau type d’homme politique qu’il veut voir diriger ou aspirer à diriger le pays. Si on ne le fait pas, on se targuera toujours d’être un pays démocratique mais on va nager dans la plus grande anarchie.

Les commentaires sont fermés.