Modern technology gives us many things.

Macky, l’APR et les transhumants : un ménage dangereux

Le chef de l’Etat Macky Sall est conscient que son parti, les coalitions Macky 2012 et Benno Bokk Yakaar ne suffiront pas à le faire réélire en 2019. Il a donc besoin de tous les soutiens possibles qu’il pourra glaner. C’est pourquoi il n’hésite pas à tendre la main à ses anciens frères de parti qui sont dans l’opposition mais également à tout leader qu’il pense pouvoir lui être d’un quelconque apport politique même ses plus farouches détracteurs. C’est ainsi que beaucoup de responsables de l’opposition se sont retrouvés du jour au lendemain à lui tresser des lauriers et à louer sa vision pour un Sénégal émergent.

Mais, puisque les alliances politiques se monnayent au Sénégal, n’est-on guère étonné de voir des transhumants promus au détriment des alliés de la première heure du Président Macky Sall. Les frustrations s’accumulent et les menaces de quitter le compagnonnage se multiplient au sein de l’Alliance pour la République voire même de Benno. S’y ajoute que tous ceux qui ont le malheur de vouloir ouvrir les yeux au patron de l’APR se voit subir les foudres de ses défenseurs les plus zélés.

Alioune Badara Cissé, Moustapha Cissé Lô, et plus récemment Youssou Touré ne diront pas le contraire. Pour ce qui est du Médiateur de la République, son combat est au dessus des contingences politiques et partisanes. Mais pour les deux derniers, il s’est agi de manifester un mal être qui gagne de plus en plus de responsables au sein de Benno Bokk Yakaar. Mais, à la longue, toutes ces frustrations risquent de constituer est cocktail vraiment dangereux pour l’avenir même de l’APR. Ce qu’il faut se demander, c’est si le jeu en vaut la chandelle, car ceux qui osent parler aujourd’hui ont été les premiers à croire au Président Macky Sall et à le suivre dans son aventure pour la Magistrature suprême…

Les commentaires sont fermés.