Modern technology gives us many things.

La fin des « revueurs » de presse

Le  Sénégal, à l’instar des autres pays du monde,  a commémoré la célébration de la journée internationale de la presse. Ainsi, les acteurs de ce secteur ont organisé des panels pour discuter des problèmes auxquels les professionnels de l’information font face et trouver, éventuellement, des solutions à ces difficultés. Le retard noté dans l’application du nouveau code de la presse adoptée depuis presque une année inquiète les acteurs de la presse qui l’ont fait savoir.

Bacary Domingo Mané, coordonnateur de la coordination des associations de la presse (Cap), indique que l’adoption du code de la presse permettra aux acteurs de la presse de travailler dans les conditions les meilleures:  « il y a un fonds qui va être mis à la disposition des patrons de presse ou de ceux qui veulent entreprendre et il va permettre la modernisation de l’entreprise de presse puisque la plupart des journalistes vivent dans une précarité indescriptible et à partir de ce moment, les journalistes pourront faire carrière», a-t-il fait savoir.

« la loi s’applique à tout le monde. Elle est impersonnelle et si l’Etat joue son rôle de veiller à l’application de la loi, je ne vois pas pourquoi les patrons de presse passeront outre les dispositions légales prévues par le code de la presse »

A l’en croire, cela permettra aussi de mettre fin au phénomène de la revue de presse théâtralisée  par des animateurs: « le gouvernement a toute la responsabilité de faire appliquer la loi , à commencer par les « revueurs » de presse. On a dit dans le code, c’est fini, un animateur ne doit pas donner de l’information à l’antenne », a-t-il indiqué.

Pour sa part, Abdoulaye Bibi Baldé, ministre de la communication, des télécommunications, des postes et de l’économie numérique de préciser qu’ « avec le code de la presse, les acteurs disposent, désormais, d’un texte de loi adapté à l’évolution du secteur dans l’élaboration duquel ils ont été fortement impliqués » « n’importe qui ne peut plus exercer la profession et disposer de la carte nationale de presse sans être diplôme d’une école de journalisme reconnue par l’Etat » . Poursuivant, il dira que  « pour ceux qui sont dans la profession et qui ne sont pas passés par une école de journalisme et disposant de compétences académiques avérées peuvent bénéficier du statut de journaliste en passant obligatoirement devant la commission de validation de l’expérience conformément au code de la presse ».

Les commentaires sont fermés.