Modern technology gives us many things.

Après le Conseil constitutionnel, l’opposition vise la Cour africaine des droits de l’homme

L’opposition a finalement déposé un recours au niveau du Conseil constitutionnel. En effet, Me Madické Niang et ses camarades ne veulent pas de la loi sur le parrainage et ce n’est pas parce qu’elle a été voté que ces derniers vont se laisser faire. En effet, Me Madické Niang mettent en garde certains: « il ne faudrait pas que les gens se trompent, nous n’avons pas saisi le Conseil constitutionnel  en inconstitutionnalité. Certains qui se disent experts vont se presser pour dire  qu’une loi constitutionnelle ne peut pas être inconstitutionnelle », a tenu à préciser l’avocat.

Ce dernier  se veut clair, s’ils ont déposé un recours au niveau du Conseil constitutionnel, c’est pour faire  une saisine pour annulation : « nous sommes venus pour annulation d’une violation du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale », a-t-il dit.

Si on en croit les déclarations de Me Niang qui a porté la parole du jour, ils entendent utiliser toutes les voies de recours pour que la loi sur le parrainage ne soit pas promulguée. Et pour ce faire, ils vont porter le combat hors de nos frontières pour avoir gain de cause:  « ce n’est pas le seul recours que nous avons, nous avons annoncé 4 recours, d’accord une saisine du conseil constitutionnel, nous allons saisir aussi la Cour suprême pour faire annuler le décret qui a saisi l’Assemblée Nationale, nous avons aussi la possibilité de saisir la Cedeao et la Cour africaine des droits de l’homme. Pour cela, nous avons la jurisprudence qui pourra être développée au soutien de notre demande » , a soutenu ce lieutenant de Me Abdoulaye Wade.

Pour rappel, 119 députés de Benno Bokk Yakaar,  ont voté  en faveur de la loi sur le parrainage le 19 avril dernier malgré les contestations de l’opposition . Et malgré cela, Me Madické Niang et ses camarades multiplient les fronts pour casser cette décision de l’Assemblée Nationale.

 

Les commentaires sont fermés.