Modern technology gives us many things.

L’opposition se radicalise contre…Macky

La première Journée de Résistance Nationale du 19 Avril 2018 a enregistré un réel succès : malgré les interdictions, malgré l’armada de la machine de répression du pouvoir en place, les dirigeants, les militants, les citoyens, jeunes, femmes, adultes et personnes âgées ont osé lutter et ont fait face. Les mains nues, avec courage et détermination, ils ont relevé le défi : de Dakar à Saint Louis, de Thiès à Kaolack, de la France à l’Italie et dans plusieurs autres localités dans le pays comme dans la diaspora, à l’intérieur de l’hémicycle comme dans la rue, le refus de la dictature et du coup d’Etat constitutionnel s’est largement exprimé à la face du monde. Et la lutte ne fait que commencer. Elle prendra plusieurs formes : recours devant le Conseil Constitutionnel, la Cour Suprême, la CEDEAO et l’Union Africaine, Journées hebdomadaires de résistance nationale, actions d’information et de sensibilisation de masse, marches, tournées, meetings et grands rassemblements citoyens sur le terrain, dans toutes les localités et à travers la diaspora, pour ne citer que cela. Il n’est plus question que d’un côté, ils acceptent de se substituer au législateur comme par exemple ores et déjà, nous le disons haut et fort aux membres du Conseil Constitutionnel, individuellement et collective lors des législatives de juillet 2017 à la demande de Macky Sall, et que d’un autre côté ils se déclarent systématiquement incompétents devant les saisines de l’opposition !

Une Assemblée nationale qui viole son propre règlement intérieur pour imposer un vote sans débat, une justice aux ordres pour écarter des adversaires politiques, un président de la république totalement soumis aux intérêts de la domination étrangère, tel est le triste visage des institutions républicaines au Sénégal de Ndumbelaan !

La présidentielle de 2019 représente un énorme enjeu pour Macky Sall et son clan : d’une part éviter de rendre compte du pillage scandaleux et de la prédation éhontée de nos ressources nationales, d’autre part, continuer de faire main basse sur le pétrole, le gaz, le zircon, le foncier ou autres secteurs du patrimoine national, voilà pourquoi Macky Sall et son clan s’agrippent au pouvoir par tous les moyens. Il appartient alors aux forces populaires démocratiques et patriotiques de leur opposer une détermination supérieure et de leur dire : halte là, le Sénégal ne vous appartient pas !

Sourd aux interpellations des guides religieux et acteurs de la société civile qui appellent à un dialogue sérieux et sincère, des travailleurs qui réclament leurs droits, des syndicats qui n’exigent que le respect strict d’accords déjà signés, des jeunes à la recherche d’emplois introuvables, des élèves qui ne veulent pas d’année blanche, des étudiants qui réclament le paiement de leurs bourses, des paysans qui n’arrivent pas à vendre leurs récoltes, des enfants en insécurité dans leurs propres quartiers, des Sénégalais de la diaspora victimes d’agressions et de crimes racistes, Macky Sall et son clan ne pensent qu’à leurs poches ; ils sont devenus un danger manifeste pour la promotion de la démocratie, du développement solidaire, de la cohésion sociale et de la paix civile dans notre pays.

ILS DOIVENT DEGAGER et cela, ce n’est pas une affaire de partis politiques, il en va du sort des générations actuelles et futures dans notre pays, c’est pat conséquent la responsabilité du peuple sénégalais, tous segments confondus.

Sous cet éclairage, le parrainage version Macky Sall se révèle à la fois, d’une part comme un instrument du coup d’Etat électoral qui se dessine, d’autre part comme une grossière escroquerie politicienne qui prétend se dresser contre la pléthore des partis politiques, la multiplication des candidatures fantaisistes et le poids écrasant des dépenses liées à l’organisation des élections ! Simple hypocrisie car au même moment, ils refusent de faire appliquer les dispositions de la loi 81-17 du 24 avril 1981 relative à la création et au fonctionnement des partis politiques, ils fabriquent et paient des listes de candidatures aux législatives de 2007, tout en refusant obstinément l’instauration du bulletin unique !

Un deuxième mandat, çà se mérite, ça ne se tripatouille pas ! Le temps de l’unité et de la lutte pied

à pied est arrivé. Tout pour le front unique de lutte, démocratique et social ! Tous dans la délégation de masse devant porter le recours auprès du Conseil constitutionnel ! Tous au rassemblement citoyen pour la défense de l’école et pour dire NON A L’ANNEE BLANCHE ! Tout pour la Plateforme en 12 points du Front démocratique et social de Résistance nationale, pour des élections régulières et transparentes !

Fait à Dakar le 24 avril 2018

La Conférence des leaders

Front démocratique et social de résistance nationale (FRN)

Les commentaires sont fermés.