Modern technology gives us many things.

Macky Sall : un Président bien élu mais…

On a l’habitude de dire que le chef de l’Etat Macky Sall est le Président le mieux élu du Sénégal. Pourtant, il est paradoxalement le plus mal aimé. En général, les Présidents nouvellement élus bénéficient d’une période de grâce. Ce que le Président Sall n’a pas du tout eu. C’est d’ailleurs au tout début de son mandat que l’expression “Deuk bi dafa Macky” pour dire que l’argent ne circule pas a vu le jour. Même avec la baisse du prix des denrées de première nécessité, du gaz et du loyer, rien n’y fait, c’est devenu la phrase parfaite pour dire que les affaires ne marchent pas.

Mais, la traque aux biens mal acquis, avec la réactivation de la Cour de répression de l’enrichissement illicite et la théâtralisation des arrestations d’anciens dignitaires libéraux (on se souvient de l’interpellation de l’ancien ministre Ousmane Ngom à Kolda par les éléments de la DIC) ont contribué à rendre le régime de Macky Sall impopulaire. La corruption, la justice à deux vitesses, l’implication de sa famille dans la gestion des affaires de l’Etat, le front social en ébullition, le chômage et les difficultés des populations au quotidien font que le Président Macky Sall est présenté comme étant un Président par défaut qu’il faut dégager en 2019.

Toutefois, au début, tout ce beau monde qui crie à une injustice exercée contre le maire de Dakar Khalifa Sall pour des raisons politiques s’était muré dans le silence lorsqu’on arrêtait l’ancien ministre d’Etat Karim Wade, s’il n’approuvait pas carrément la traque qu’on qualifiait de demande sociale. Tant que les arrestations ne concernaient que des membres du Parti démocratique sénégalais et leurs affidés, ça allait. Ce, jusqu’à ce que la plupart des responsables aujourd’hui dans l’opposition ne quitte Benno Bokk Yakaar pour faire bloc contre leur ancien allié dont la gestion est décriée partout dans les médias et les réseaux sociaux. Un tapage médiatique soutenu tant et si bien que le Président Macky Sall est devenu en six ans l’homme à abattre. Mais 2019 n’est plus loin, et on saura vite de quel côté est vraiment le peuple…

1 commentaire
  1. Mayday dit

    De Gaulle ; Si le peuple ne m’aime pas, je quitterai le pays.

    Le Macky : Si les gens ne m’aiment pas, ils sont libres de quitter le pays.

    Aujourd’hui on est à la croisée des chemins, il n’est plus question de se taire (intellectuels, marabouts, société civile et citoyens) , demain il sera trop tard. Chacun doit publiquement prendre position , plus de langue de bois ,c’est l’avenir de la nation qui est en jeu, il faut arrêter le MONSTRE.
    Sénégal debout

Les commentaires sont fermés.