Modern technology gives us many things.

Diop Decroix accuse : « Macky veut passer en force en 2019 »

Selon le député Mamadou Diop « Decroix », le président Macky Sall a décidé d’installer une crise politique profonde au Sénégal à force de pratiquer le passage en force là où tous ses prédécesseurs avaient respecté les règles du jeu. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de xibaaru, le député a accusé le président de s’amuser avec les institutions et lois de la République pour éliminer ses adversaires et gagner en force en 2019…

 Communiqué du député Mamadou Diop Decroix

La réforme de la constitution et du code électoral par le Président de la République.

Voici que la constitution de mars 2016 qui vient de boucler à peine deux ans d’existence est promue à une réforme. Si, en dehors des prébendiers du moment il y avait d’honnêtes citoyens qui y croyaient encore, la preuve par 9 vient de leur être administrée que celle-ci n’avais pas été soumise au ‘OUI’ du peuple pour les intérêts fondamentaux et à long terme de celui-ci mais qu’il s’agissait juste d’une béquille pour formaliser le reniement au sujet de la réduction du mandat. Si Macky Sall  se faisait du souci pour les conditions de vie du peuple, il  aurait épargné les milliards du contribuable qu’a coûté ce référendum pour une formule moins sophistiquée et financièrement gratuite. Cette constitution est devenue obsolète pour Macky Sall dès le lendemain de son adoption ; la preuve, le statut du Chef de l’Opposition qu’il refuse de faire appliquer dès lors qu’Abdoulaye Wade, qui était le principal concerné par ce chausse-trape ne s’est pas laissé prendre à ce piège puéril.

Ils s’amusent ainsi avec les institutions et les lois. Quand ce sont les élections législatives avec le mode de scrutin appelé raw gàddu, ils financent des listes pour disperser l’électorat et l’emporter (Dakar 34%) tandis que pour la présidentielle il faut faire l’inverse en restreignant autant que possible le nombre de candidats puisque c’est une élection à deux tours (Il faut dépasser 50% des suffrages exprimés pour passer au 1er tour).

Ainsi donc, après avoir, dans son esprit, éliminé des candidats sérieux, le voilà qui tente d’éliminer les forces montantes ce qui va donner une véritable bouillabaisse si leurs objectifs sont atteints.

Macky Sall a décidé d’installer une crise politique profonde au Sénégal à force de pratiquer le passage en force là où tous ses prédécesseurs avaient respecté les règles du jeu. Les pyromanes qui le poussent constamment à la forfaiture seront, comme ailleurs dans le monde, les premiers à le lâcher le moment venu mais ils auront réussi à mettre le feu aux poudres.

Mamadou Diop ‘Decroix’

2 commentaires
  1. Mayday dit

    Ce dimanche 18 Mars 2018 marque le début du mois de Rajab.
    « Les mois auprès d’Allah sont au nombre de douze dans le Livre d’Allah, le jour où Il a créé les cieux et la terre ; quatre d’entre eux sont sacrés. Telle est la religion droite, alors ne soyez pas injustes envers vous-mêmes durant ces mois. » (Coran 9/36).
    « Les Arabes de l’époque préislamique s’interdisaient la guerre pendant les mois sacrés de Dhoulq’ida, Dhoul-hijja, Muharram et Rajab. Ils considéraient ces mois comme un temps de trêve absolument sacré et suspendaient tous les conflits, même ceux qui étaient les plus féroces. Chacun s’évertuait à ne point causer de tort à son prochain et surtout à ne point verser son sang. »
    Malgré vos bonnes intentions, toutes vos actions n’ont pas été couronnées de succès. La seule explication : il y a trop reniements et d’injustice, la BARAKA ne pouvait être au rendez-vous , car Allah, SWT, n’aime pas l’injustice. Le Sénégal jadis modèle de stabilité et de démocratie a vu son image maintes fois écornée et a fini par devenir la risée du monde.
    Lors d’une émission, un journaliste a fait une remarque qui doit faire froid au dos de tout bon musulman ::
    « Et si l’Etat s’était trompé au sujet de l’Imam Ndao. »
    Il pensait certainement à ce Hadith :
    D’après Khouzeima Ibn Thabit (RA) , le prophète , SAW, a dit : » Craignez l’invocation de celui qui subit une injustice car elle est certes portée au dessous des nuages et Allah, SWT, dit : « par ma puissance et ma majesté , je vais certes te secourir d’ici peu «
    [Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Targhib n° 2230
    Le cas Sonko en est une parfaite illustration. En voulant le réduire au silence injustement, vous en avez fait la terreur de votre régime
    Le Sénégal vit , depuis cinq ans , une situation qu’il n’a jamais connue tout au long de son histoire : la sédimentation des rancœurs , de la haine et les règlements de comptes
    Le Cheikh Ahmadou Bamba , malgré tout ce qu’il a subi , avait pardonné à ses geôliers.
    Personne n’a oublié les larmes de Mamadou Dia et Senghor lors de leurs retrouvailles.
    Que dire de la main tendue d’Abdou Diouf acceptée par Abdoulaye Wade au plus fort de la crise
    Plus récemment Aïda Diongue qui a accepté stoïquement son sort, malgré tout ce qu’elle a vécu.
    .Monsieur le Président, mettez à profit ce mois sacré de Rajab pour réparer les injustices et réconcilier le peuple avec sa classe politique.
    Le Sénégal n’est plus un pays normal et est devenu l a risée du monde. Il ne le mérite pas
    C’est le dérèglement total : les institutions, l’administration, le processus électoral et surtout le dernier rempart, la justice
    Plus personne ne fait confiance à la justice, même dans vos propres rangs (Cissé Lô)
    Deux rendez-vous risquent de marquer à jamais notre histoire politique :: le verdict du procès du maire de Dakar et le cas de l’Imam Ndao .
    Le regret que vous devez éprouver de n’avoir pas réussi votre mandat peut devenir une puissance permettant la réalisation du bien pendant le temps qui reste. Et le temps qui reste est suffisant- si seulement vous mettez fin aux dérapages et que vous vous engagez à remettre le pays à l’endroit.
    Vous avez reconnu que vous n’étiez pas préparé à exercer les fonctions de chef d’Etat. Alors pourquoi vouloir briguer un second mandat ?
    Le forcing ne peut conduire qu’à ce que les sénégalais ont toujours redouté, c’est-à-dire : le chaos.
    Organisez les primaires de votre parti et désignez le candidat de l’APR qui va rejoindre les excellents profils qui ont déjà émergés (Karim , Khalifa , Sonko ,Abdou Mbaye et autres)
    Il vous suffit de prendre de la hauteur, une fois débarrassé du fardeau de la recherche du 2e mandat, pour organiser des élections libres et transparentes permettant aux sénégalais de faire librement leur choix.
    Une occasion pour mettre en pratique votre fameux slogan ‘’la patrie avant le parti’’
    Ainsi vous sortirez par la grande porte car les sénégalais savent pardonner.

  2. zeuss dit

    Ndeysane moromamyi fayinagnouko thia ganaaw mouye weur di takhawalou thi mbedou NDAKAROU YI REK aka marcher rek comme PROGRAMME.

Les commentaires sont fermés.