Modern technology gives us many things.

Aïda Ndiongue obtient le non-lieu

L’ancienne sénatrice libérale, Aïda Ndiongue, a bénéficié, hier, d’un non lieu dans l’affaire dite de la traque aux biens mal acquis. Selon certaines informations, la Cour de répression d’enrichissement illicite (CREI) qui la poursuivait pour un préjudice de 47 milliards FCfa a estimé que les charges retenues contre elle sont insuffisantes. Ainsi après des années de procédure, Mme Ndiongue vient enfin de voir le bout du tunnel.

Un de ses avocats, Me Seydou Diagne, réagissant à chaud, s’est réjoui de la nouvelle considérant que justice a été rendu à sa cliente. « C’est l’occasion pour nous de saluer le courage et l’indépendance des magistrats de la Crei dans ce dossier », a-t-il dit.

Cependant, les mauvaises langues commencent déjà à jaser. En effet, d’après certains, dans ce genre d’affaire, ce n’est pas parce qu’il y a eu un non-lieu qu’il n’y avait pas de raison de poursuivre. D’autres n’hésitent pas à parler d’entente entre les deux parties pour motiver l’arrêt des poursuites. D’autres encore estiment que cette décision n’est que de la poudre aux yeux de l’opinion pour pouvoir mieux ferrer le maire de Dakar.

Malgré que ce n’est pas la même cour qui a en charge le dossier Khalifa Sall, ce non-lieu prononcé par la CREI en faveur d’Aïda Ndiongue vise, selon eux, à donner une impression d’indépendance de la Justice. Or, l’opposition estime que c’est le chef de l’Etat Macky Sall qui est derrière tous les déboires judiciaires de leurs camarades.

2 commentaires
  1. lu dit

    Non lieu : Ce que dit l’ordonnance de la Crei

    La Commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a octroyé un non lieu à Aïda Ndiongue. L’ordonnance des juges de la Cour, exploité par Libération, reconnaît que les magistrats n’ont détecté aucun indice pouvant asseoir que l’inculpé se serait enrichi de manière illicite.

    L’instruction a confirmé que tous les fonds retracés dans les comptes de l’ancienne sénatrice libérale proviennent du Trésor public via le Pcrpe, le Plan Jaxaay.

    Concernant ses bijoux, l’ordonnance révèle des attestations de propriété de la Douane française dont certaines, datent des années 90. La plupart des bijoux ont été achetés en Genève en Suisse.

    Les juges de la Crei ont établi que les trois maisons dont l’une des Hlm a été acquise en 1974. Alors fonctionnaire, elle versait 10 000 FCFA par mois. La maison de Dagana a été achetée à 2 millions FCFA, alors que celui des Maristes a été régulièrement acquis auprès de Mame Birame Diouf.

    Concernant les marchés du plan Jaxaay, l’ordonnance estime qu’elle les a gagnés à la régulière, après dépouillement des offres des sociétés déclarées.

    Ainsi donc, Aïda Ndiongue va, outre ses bijoux, empocher la somme de 9 milliards de FCFA provenant d’une souscription de bons du trésor ivoirien arrivé à échéance depuis 2017.

  2. Mayday dit

    Après la « PURGE DE LA PEINE AVANT LA CONDAMNATION » le Macky innove avec  » L’EMPRUNT NON OBLIGATAIRE  » sur la fortune d’autrui ( Aïda Diongue , Bibo et Karim)

    Khalifa risque t-il d’être condamné à la peine qui correspond à la durée passée en prison ‘(1 an)?

Les commentaires sont fermés.