Modern technology gives us many things.

Après la gifle…Quoi d’autre dans la Police ?

La vidéo du policier giflant un jeune conducteur de moto à Ziguinchor, pour défaut de port de casque, a fait le tour de la toile et des médias en ligne. Un geste qui a fait mal à tous ceux qui ont regardé la vidéo moins pour la douleur occasionnée à la victime mais plus à cause de l’humiliation qu’elle a subie. Chacun d’entre nous s’est mis à la place de ce citoyen pour dire stop. En effet, les forces de l’ordre n’ont pas pour vocation à abuser de leur pouvoir pour agresser ne serait-ce que verbalement à fortiori physiquement la population. Aussi, la suspension de l’agent fautif a été saluée mais avec réserve.

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a pris les mesures qui s’imposaient sur le moment. Sauf que pour beaucoup de Sénégalais, il reste encore beaucoup de choses à faire. Nous ne sommes plus à l’époque coloniale ou post-coloniale où les hommes de tenue étaient craints pour ce qu’ils représentaient la force publique. Les mentalités ont évolué et les réseaux sociaux aidant, les traitements dégradants sur les personnes ne seront désormais plus tolérés. Le concept de droits humains est maintenant fortement ancré dans le quotidien des populations. Les forces de police devraient intégrer cela dans la formation de leurs agents.

Ainsi, au-delà de cette mesure hautement salutaire, le ministre Aly Ngouille Ndiaye est attendu sur d’autres fronts. « Nous louons votre réactivité, mais je douterais de votre bonne volonté si toutefois la corruption sur nos routes continue, sans aucune sanction de votre part. Sinon, je comprendrais que les sanctions sont sélectives et bonnes que lorsqu’elles sont circonscrites à des effets d’annonce, à la théâtralisation et au bluff. Si vous êtes capable de sanctionner pour une gifle, aussi retentissante qu’elle soit, faites en de même alors pour vos autres collaborateurs qui sacrifient des milliers de vies sénégalaises, et qui nous font perdre des milliards avec la complicité de certaines autorités. Et cela, au vu et au su de tout le monde passif que nous sommes », a dit le Président de la Commission Orientations et Stratégies COS/M23, Abdourahmane Sow.

Les commentaires sont fermés.