Modern technology gives us many things.

Procès Khaf…Gakou attaque la Justice

Après dix-neuf jours de plaidoiries, le procès du maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall et de ses co-prévenus va livrer très prochainement son verdict. Le Secrétariat Exécutif du Grand Parti s’est donc réuni, hier, pour faire une analyse dudit procès, entre autres points inscrits à l’ordre du jour. Comme il l’ont toujours affirmé, Malick Gakou et ses camarades, “sans préjuger de la décision qui sera rendue par le Tribunal”, indiquent, dans un communiqué reçu à Xibaaru, que “cette affaire est purement politicienne et vise à liquider un adversaire politique en perspective de la Présidentielle de 2019.

“Cette conviction du Grand Parti a été renforcée à la lumière des débats qui ont eu lieu tout au long du procès et qui prouvent à suffisance que ce dossier a été monté de toutes pièces pour entraver la candidature de l’honorable député-maire Khalifa Ababacar Sall au scrutin présidentiel de 2019”, lit-on dans le document.

Le Grand Parti renouvelle son soutien et sa solidarité au maire de Dakar et ses co-prévenus victimes, selon lui, “d’une machination éhontée qui n’honore ni la République ni la démocratie sénégalaise citée en exemple sur le continent pour les avancées significatives enregistrées ces dernières décennies et qui nous ont valu deux alternances démocratiques”.

“Hélas, de sérieuses menaces planent sur ces acquis démocratiques arrachés de haute lutte comme en atteste l’instrumentalisation de la justice à des fins de règlement de comptes politiques”, regrettent Gakou et Cie qui exhortent tous les compatriotes épris de justice et attachés aux valeurs démocratiques à rester mobilisés pour le renforcement de notre démocratie et l’indépendance de notre système judiciaire.

“Ce combat reste plus que jamais celui du Grand Parti et figure en bonne place dans le projet de société qui sera rendu public très prochainement par le Président Malick Gakou”, indique la même source qui ajoute : “Le Grand Parti reste, en effet, convaincu que de réels progrès aux plans économique et social ne pourront être réalisés qu’à travers la sauvegarde et le renforcement de nos acquis démocratiques et la restauration de la confiance des Sénégalais vis-à-vis de leur système judiciaire”.

Il est fondamental, selon le Secrétariat exécutif du GP, de protéger la République à travers la séparation systématique des pouvoirs. Il y va de la crédibilité, de la fiabilité et de la modernisation de notre système judiciaire qui regorge de tant de talents. Aussi, le Secrétariat Exécutif se réjouit-il de la décision prise par son leader de faire de cette question une pierre angulaire de son projet pour le Sénégal en perspective des échéances de 2019.

Les camarades de Gakou l’invitent même à “prendre l’initiative d’une rencontre avec l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS), l’Ordre des Avocats et tous les Acteurs de la justice,  sur nos propositions de réformes du système judiciaire de notre pays en phase avec les principes sacro-saints de la défense immuable des Droits de l’Homme et des Peuples”.

2 commentaires
  1. Mayday dit

    L’Inféodation de la justice Macky ternit l’image du Sénégal qui avait donné au monde des hommes de valeur comme Lamine Gueye,Abdoulaye Wade,Kéba Mbaye, Ousmane Goundiane ,Laïty Kamaet autres
    On est devenu la risée du monde

  2. Mayday dit

    ‘Oumar Ibn al-Khattâb a écrit à Moûssâ al-Ach’arî en ses termes :
    Après cela, rendre la justice est une obligation indiscutable et une tradition qu’il convient de suivre. Sois attentif aux cas qui te sont soumis, car il est inutile de proclamer la vérité sans l’appliquer. Montre-toi juste envers tous afin que le noble ne puisse espérer ta partialité, ni le faible désespérer de ta justice. C’est au plaignant de fournir la preuve ; le défenseur doit, pour sa part, prêter serment. Le compromis entre musulmans est permis, sauf lorsqu’il transforme ce qui est illicite en licite et inversement. Si tu rends un jugement puis reviens sur ta décision après réflexion, ta première sentence ne doit pas t’empêcher de te rétracter : il est préférable de revenir à la vérité que persévérer dans l’erreur.
    Étudie longuement les questions qui te troublent et auxquelles ni le Coran ni la Sounnah (tradition prophétique) n’apportent de réponse. Réfère-toi aux cas similaires, raisonne par analogie (Qiyâs) et choisis la solution qui serait la plus susceptible de plaire à Allâh, et la plus proche de la vérité. Accorde au plaignant un délai pour fournir la preuve dont il a besoin. S’il l’apporte, rends-lui sont droit ; sinon, rends la justice selon la législation. Tout musulman peut témoigner à l’exception de celui qui a été condamné à une peine, celui dont un précédent témoignage s’était révélé faux et celui qui est susceptible d’être partial en raison d’un lien de parenté : Allâh Seul connaît les secrets enfouis dans les cœurs et vous livre des preuves pour vous épauler dans votre tâche. Ne te montre pas ambigu, mécontent et impatient lors des audiences car les jugements portés dans les lieux avec une intention pure, Allâh leur suffira à établir la vérité, tandis que ceux qui se forgeront une image auprès des autres se verront déshonorer par Allâh. Certes Allâh le Très Haut n’accepte rien de Ses serviteurs si ce n’est de ceux qui sont sincère. Souhaites-tu donc obtenir la récompense et la miséricorde d’Allâh ?
    Que la paix et la miséricorde d’Allâh soit sur toi. [1]

Les commentaires sont fermés.