Les organisations de droits l’Homme ont exprimé leurs inquiétude par rapport à la dernière mouture du code de la presse qui doit être adopté aujourd’hui par l’Assemblée nationale. Les associations « Article 19 » et le « Forum du justiciable » se sont surtout alarmés à propos de la sanction pécuniaire exorbitante, le pouvoir de sanction administrative, la restriction indue à l’entrée à la profession…

« ARTICLE 19 préoccupée par les régressions dans la dernière mouture du code de la presse qui risquent d’être adopté ce jour par l’Assemblée nationale. Certaines dispositions: notamment les sanctions pécuniaires exorbitantes, les pouvoirs de sanctions administratives, les restrictions indues à l’entrée à la profession entre autres menacent la liberté d’expression et l’indépendance des médias », lit-on dans le communiqué reçu à Xibaaru.
A en croire cette organisation, « l’indépendance des organes de régulation doit être consacrée de même que la transformation des médias d’Etat tel quel la RTS en de véritables services publics indépendants. Ceci doit être une des priorités essentielles de la réforme ». « Nous demandons aux députés de revoir le texte et d’exiger qu’il soit en phase avec les engagements souscris par le Sénégal, les bonnes pratiques internationales et régionales et les recommandations des institutions en charge de la protection des droits humains« , indique-t-on.
Article 19 d’ajouter : « Ce processus a commencé depuis bientôt 10 ans, et le Sénégal s’était solennellement engagé à abroger les peines privatives de liberté pour certains délits de presse et d’améliorer le cadre juridique de la liberté d’expression et le soutien à la pérennisation d’une presse indépendante et plurielle. Aujourd’hui, après ce long processus, on s’attendait à un texte de référence au niveau africain, mais hélas, les nombreuses restrictions indues altèrent l’esprit initial de la réforme » avant de conclure : « Il faut légiférer pour améliorer les acquis en matière de liberté d’expression et faciliter le travail de service public de la presse« .

Le Forum du Justiciable d’emboucher la même trompette pour faire part de ses inquiétudes toujours à propos de la dernière mouture du code de la presse, « qui risque d’être adoptée ce 20 juin 2017 par les députés » et qui comporteraient « des dispositions qui porteraient gravement atteinte au métier de la presse« . « Entre autres dispositions on peut citer : la sanction pécuniaire exorbitante, le pouvoir de sanction administrative, la restriction indue à l’entrée à la profession…« , énumère-t-il.

Babacar Bâ et Cie d’abonder dans le même sens que Article 19 : « Alors, le Forum du Justiciable, conscient du rôle capital que joue la presse sénégalaise dans notre système démocratique, conscient également de la nécessité de garantir et de préserver la liberté d’expression ainsi que l’indépendance des médias, invite les députés à revoir le texte et de prendre en considération les amendements formulés par les acteurs de la presse ».

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here