Modern technology gives us many things.

Querelles intestines à l’APR, Le lion qui dormait s’est enfin réveillé

Le Président de la République a finalement décidé de prendre le taureau par les cornes. En effet, les violences notées entre responsables de l’APR et les sorties regrettables de certains d’entre eux pour taper sur leurs propres frères de parti, l’intervention du Président Macky Sall était fortement attendue. Et finalement, il a ordonné la suspension immédiate de toutes les assemblées générales d’investiture prévues jusqu’à la tenue de la conférence des leaders de Benno.

Le secrétaire d’Etat à la communication, Yakham Mbaye, salue cette décision du Président Sall et trouve qu’elle vient à son heure: “A notre niveau, nous responsables, devons nous abstenir des commentaires, de positions et de prises de position  qui participent à envenimer les choses et à installer des rumeurs, des suspicions et nous devons être des militants disciplinés et loyaux. Nous devons avoir confiance à notre leader, le Président de l’Alliance pour la République et attendre que les choix soient définis et que l’on s’investisse”, a-t-il soutenu

Il demande, ainsi, à ses camarades de parti de laisser de côté les querelles de positionnement auxquelles ils sont en train de s’adonner afin de vulgariser et de défendre le bilan du Chef de l’Etat qui, somme toute, mérite d’être vulgarisé: ” Le plus important, ce ne sont pas les positions, têtes de listes ou bien les positions intermédiaires, mais, c’est d’utiliser une arme formidable que nous avons, le bilan du Président Macky Sall, aller à la conquête du suffrage et faire gagner la liste”, a-t-il préconisé.

Le président de la République vient de siffler la fin de la récréation les responsables de l’APR ont intérêt à suivre ses conseils afin de se plier à la discipline du parti sinon, il sera obligé de sévir et des têtes risquent d’être coupées. Comme pour dire que le lion qui dort s’est réveillé, que les loups cachent leurs longues dents. A bon entendeur!

 

Les commentaires sont fermés.