Modern technology gives us many things.

Législatives: Quand l’opposition privilégie la contestation à la place d’un programme fiable

Suite à un sondage réalisé à la veille des élections législatives et qui montre le faible taux de participation des Sénégalais à ces joutes. “On a noté une baisse tendancielle du niveau de participation des citoyens-électeurs au différents scrutins, depuis 2007 à maintenant, le taux de participation n’a pas encore dépassé les  40% pour les législatives, or, dans une démocratie représentative, la légitimité des élus se mesure à l’aune du niveau de participation des citoyens”, fait remarquer Moundiaye Cissé de l’ONG 3D.

Ce dernier d’indiquer que 40% des Sénégalais interrogés décrient la pauvreté du débat politique. Ce qui le pousse à dire qu’au Sénégal, le système électoral est très lourd et que le débat devrait, plutôt, “porter sur un programme de législature qu’ils proposent au Sénégalais quand ils seront élus, quelles sont les réformes fondamentales qu’ils vont proposer pour que l’Assemblée Nationale puisse jouer ses 3 fonctions essentielles, la fonction de représentation, sa fonction législative, et sa fonction de contrôle”.

Pour inverser cette tendance et inciter les Sénégalais à avoir confiance aux hommes politiques, M. Cissé trouve que l’opposition gagnerait à proposer un programme fiable et convainquant au lieu de privilégier les marches de contestation: “les marches c’est bon, mais c’est pas suffisant, parce que, jusqu’ici, elles ne concernent pas des programmes, ce sont des marches de contestation par rapport à l’emprisonnement d’un tel ou d’un tel autre et ça, ce n’est pas un programme c’est une revendication”, a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.