coalitions

A un peu plus de deux mois des élections législatives, les coalitions continuent de se former. Ces alliances  constituées par les politiciens et la société civile seront une occasion pour les deniers d’être représentatifs au niveau de l’Assemblée Nationale.Tous les moyens sont bons pour l’opposition d’avoir des sièges à l’Hémicycle et imposer la cohabitation au soir du 30 juillet.

Mais cette situation n’ébranle pas la majorité qui, au contraire, trouve que cela prouve que la démocratie, au Sénégal a atteint une maturité jamais égalée :  » C’est une expression d’une vitalité démocratique de voir des citoyens et des partis s’organiser en toute souveraineté politique », explique Luc Sarr, responsable à l’APR.

Luc Sarr de déplorer, par la même occasion, la façon dont les coalitions sont en train d’être formées:  » Je vois la chose avec un pincement au cœur. Quelque part, cette fragmentation à l’extrême pose des questions sur la crédibilité sur la chose politique », a-t-il indiqué. Poursuivant, il dit comprendre ce soubassement de ces coalitions dites de circonstance. Pour lui, ils ont un dénominatif commun qui se trouve être la frustration: Ce sont, en quelque sorte des mécontents qui veulent solder leurs comptes avec le régime en place: « C’est sur la base d’ambitions personnelles d’intérêts crypto-personnels  que les choses se déroulent », a indiqué M. Sarr.

 

 

 

PARTAGER