Modern technology gives us many things.

Mankeur Ndiaye à la retraite annuelle de la police de la Minusca

0

Le 7 juillet, Monsieur Mankeur Ndiaye, représentant spécial du secrétaire général des nations unies pour la RCA a pris part à la retraite de la police au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (UNPOL). Avec le Le général Pascal Champion, Mankeur Ndiaye a échangé sur leur mission avec un accent sur la protection des civils, la stratégie politique, les SEA, la communication stratégique, le plan d’action et la feuille de route de la composante Police…Voici le message de Mr Mankeur Ndiaye.

Message du Représentant spécial, Monsieur Mankeur Ndiaye

A l’occasion de la Retraite de UNPOL

Bangui, le 7 juillet 2019

Mon Général Pascal Champion, Chef de UNPOL,

Mesdames et Messieurs, en vos rangs et grades respectifs,

Chers Collègues,

Je suis heureux de prendre part à cette retraite annuelle de la Police des Nations Unies, au cours de laquelle vous avez passé en revue au cours de ces deux jours écoulés des questions importantes non seulement pour la Police en tant qu’entité, mais également pour le mandat de la MINUSCA dans son ensemble. Je voudrais saisir cette occasion pour saluer le leadership de UNPOL, mais également chacun et chacune des composantes et des individus, hommes et femmes, qui, chaque jour, ici à Bangui et à l’intérieur du pays, travaillent sans relâche au service de la protection des civils centrafricains ainsi qu’à la protection des institutions tant onusiennes que nationales. Sachez que votre contribution est grandement appréciée.

Mon Général, chers collègues,

Il m’a été demandé de dire un mot sur l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, signé comme vous le savez, le 6 février dernier ici à Bangui par le Gouvernement et 14 groupes armés. Depuis cette date, il y a eu en effet des progrès indéniables mais également des défis dans la mise en œuvre de l’Accord que je souhaiterais qu’ensemble nous revoyons. Au titre des progrès, je voudrais rappeler ce qui suit :

  • La mise en place d’un Gouvernement inclusif avec une dizaine de groupes armés qui ont obtenu 13 postes ;
  • Les structures composant le Mécanisme de suivi et de mise en œuvre de l’Accord (MOS) ont été établis : le Comité exécutif de suivi (CES) s’est réuni plusieurs fois, le Comité de mise en œuvre national a eu sa première réunion le 14 juin, les Comités de mise en œuvre préfectorale (CMOP) sont actifs dans 12 préfectures ; et les Comités techniques de sécurité (CTS) sont actifs dans 13 préfectures.
  • Une stratégie nationale de communication pour faire connaître l’Accord a été lancée le 15 mai, avec l’appui de la MINUSCA. L’Accord a été traduit en sango.
  • Le cadre légal et des fonds ont été mobilisés pour le lancement des Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS).
  • La Commission inclusive sur les questions de justice prévue par l’Accord a commencé ces travaux le 28 mai. Les consultations nationales sur l’établissement de la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation ont été lancées le 6 juin.
  • Un Groupe de travail a été mis en place avec les acteurs nationaux, avec le soutien de la MINUSCA et ont revu le projet de loi sur les partis politiques et celui sur le statut des anciens Chefs d’Etat, et devraient être soumis lors de la prochaine session ordinaire de l’Assemblée nationale en octobre prochain.

En dépit de ces avancées, nous savons tous qu’un certain nombre de défis persistent :

  • Les groupes armés continuent à commettre des violences contre les populations civiles. Entre 50 et 70 actes de violation de l’Accord sont commis chaque semaine sur l’ensemble du territoire national : violation de la liberté de circulation et taxations illégales. Vous le savez, les FACA ont également érigé des barrages routiers pour prélever illégalement des taxes, en violation de l’Accord.
  • Les Tueries de Paoua par les 3R le 21 mai dernier constituent la violation la plus importante.
  • Les groupes armes continuent de trainer des pieds pour le désarmement, ce qui freine également les progrès dans le lancement des USMS.
  • Ces violations donnent du grain à moudre a ceux, parmi les acteurs politiques et la société civile qui s’opposent à l’Accord de paix et contestent la participation des représentants des groupes armes dans le gouvernement.
  • Certaines structures importantes de mise en œuvre de l’Accord, en particulier à l’intérieur du pays (CMOP et CTS), manquent de moyens logistiques et de fonctionnement, y compris notamment les frais de transport pour ses participants.

Mon Général, Chers Collègues,

Malgré le doute qui habitent une frange de la classe politique et de la société civile centrafricaine quant à la viabilité de l’Accord de paix du 6 février, le huitième on le dit souvent depuis 2013, nous ne devons pas nous décourager. Nous devons au contraire, nous partenaires en appui au Gouvernement, continuer à redoubler d’efforts pour maintenir en vie les nombreux espoirs suscités par l’Accord de paix. Le chemin vers une stabilité quasi-totale du pays sera long, tortueux et difficile, mais nous devons tout faire pour privilégier le dialogue, user des pressions quand il y a violations de l’Accord car il n’y a pas d’alternative militaire à la crise centrafricaine.

A cet effet, le rôle de UNPOL, tout comme celui de la Force, est crucial, non seulement dans le cadre de notre mandat de protection de civils, mais aussi d’appui à la restauration de l’autorité de l’Etat et à la mise en œuvre de l’Accord de paix.

A Bangui et Bambari particulièrement, UNPOL devra continuer à travailler main dans la main avec la Force, notamment dans le cadre de mécanismes conjoints tels que le Joint Task Force de Bangui et de Bambari (JTFB), pour assurer la protection des civils. Dans le cas de la capitale en particulier, où nous avons le Quartier général de la Mission et les institutions du pays à protéger aussi, il faudra que nous revoyions ensembles les modalités d’appui aux forces de l’ordre en tenant compte du contexte politique fragile actuel alors qu’on s’approche des élections et que les risques de violence pendant les manifestations publiques vont inévitablement se multiplier. UNPOL aura un rôle fondamental dans la sécurisation du processus électoral et je me réjouis qu’il s’agisse là d’un thème qui fera l’objet de vos discussions au cours de cette retraite.

A l’intérieur du pays, comme cela est très clairement indiqué dans la Directive sur la mise en œuvre du mandat que j’ai fait circuler peu après mon arrivée à la tête de la Mission, UNPOL, en collaboration avec la Force et les Bureaux de terrain, devra continuer à fournir un appui technique aux Préfets, aux Forces de défense et de sécurité intérieur, aux FACA, aux Mécanismes techniques de sécurité ainsi qu’aux Comités de mise en œuvre préfectoraux.

J’ai tout à fait conscience des efforts toujours plus importants qu’on nous demande de fournir avec des ressources toujours plus limitées. Mais nous devons continuer à faire preuve de créativité dans les limites de nos moyens et de nos capacités pour remplir à bien notre tâche au service de la paix dans ce pays. Je ne doute pas que ces deux jours de retraite seront mis à profit avec cet objectif en tête, au vu du programme riche que vous avez eu. Je vous souhaite d’excellentes délibérations et me réjouis d’avance des conclusions de votre retraite.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.