Modern technology gives us many things.

L’Iran exécute un homme qui espionnait pour la CIA

0

L’Iran exécute un « fournisseur du ministère de la Défense » pour espionnage pour la CIA

L’Iran a exécuté un « fournisseur du ministère de la Défense » condamné pour espionnage au profit de l’Agence centrale du renseignement des Etats-Unis (CIA), a indiqué ce samedi l’agence de presse semi-officielle Isna.

« Jalal Haji Zavar, un fournisseur de l’organisation aérospatiale du ministère de la Défense qui était un espion pour la CIA et le gouvernement américain, a été exécuté », a précisé Isna, citant l’armée iranienne sans donner plus de détails sur la date de l’exécution. L’homme avait été condamné par un tribunal militaire et sa sentence a été exécutée à la prison de Rajai-Shahr dans la ville de Karaj, au nord-ouest de Téhéran.

La date de son arrestation inconnue

Selon Isna, Jalal Haji Zavar a été « identifié par les services de renseignement du ministère de la Défense » et avait, au cours de l’enquête, « avoué explicitement espionner au profit de la CIA pour de l’argent tandis que des documents et des outils d’espionnage avaient été retrouvés à son domicile ». L’agence semi-officielle n’a pas précisé la date de son arrestation mais a noté qu’il ne fournissait plus ses services au ministère depuis l’année 1389 du calendrier persan (mars 2010 – mars 2011).

Cette annonce intervient en pleine montée de tension entre l’Iran et les Etats-Unis. Le président américain Donald Trump a affirmé vendredi avoir annulé à la dernière minute des frappes contre l’Iran pour éviter un lourd bilan humain, tout en maintenant ses menaces de représailles contre Téhéran qui avait abattu la veille un drone américain.

Déclarations incendiaires

En dépit des affirmations répétées des Etats-Unis et de l’Iran selon lesquelles ils ne cherchent pas la guerre, l’escalade et la multiplication des incidents dans le Golfe font craindre un embrasement. D’autant que des deux côtés, on multiplie les déclarations incendiaires. Le président Trump a ainsi réaffirmé qu’il ne souhaitait pas la guerre avec l’Iran mais que si elle éclatait elle provoquerait « un anéantissement comme on n’en a jamais vu avant ».

L’Iran a de son côté averti ce samedi les États-Unis que la moindre attaque contre son territoire aurait des conséquences dévastatrices pour leurs intérêts dans la région. « Tirer une balle en direction de l’Iran mettra le feu aux intérêts de l’Amérique et de ses alliés » dans la région, a déclaré le général de brigade Abolfazl Shekarchi, porte-parole de l’état-major conjoint des forces armées iraniennes dans un entretien à l’agence Tasnim.

Tensions depuis le retrait américain de l’accord sur le nucléaire

Les tensions entre Washington et Téhéran ne cessent de monter depuis le retrait américain en mai 2018 de l’accord international sur le nucléaire iranien suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l’Iran, privant ce pays des bénéfices économiques qu’il escomptait du pacte.

Elles se sont intensifiées avec de récentes attaques contre des pétroliers dans la région du Golfe, imputées par Washington à Téhéran, qui dément toute implication. Et alors que les États-Unis renforcent leur dispositif militaire au Moyen-Orient, l’Iran a annoncé que ses réserves d’uranium enrichi dépasseraient à partir du 27 juin la limite prévue par l’accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.