Modern technology gives us many things.

Qui va arrêter Sonko ? Ses mensonges de trop sur le FBI et la…BBC

1

FBI, Justice américaine : Jusqu’à quand Ousmane Sonko va se moquer des Sénégalais ?

Depuis la dernière élection présidentielle avec les résultats qui en sont issus, car le classant troisième avec un taux de plus de 15%, Ousmane Sonko se sent pousser des ailes. Passé le temps, derrière lui, lorsque, au sortir des élections législatives de juillet 2017, il avait repêché in extrémis pour aller siéger à l’Assemblée nationale, grâce au système du plus fort restant.

Ousmane Sonko se croit désormais investi de la mission de faire la leçon à tout le monde. Il n’épargne personne et égratigne tout le monde qui ne s’alignerait derrière ses idées. Acteurs de la classe politique, pouvoir et opposition compris, membres de la société civile, journalistes… Ousmane Sonko se joue dans la peau du moralisateur.

Voilà pourquoi, il se fait bavard afin de paraître en première ligne dans les faits touchant l’actualité nationale. Lorsque les premières révélations avaient été faites sur des scandales présumés dans des contrats signés sur le pétrole et le gaz, Ousmane Sonko avait été bruissant, s’empressant même de sortir un livre sur cette affaire. Un ouvrage intitulé : « Pétrole et gaz au Sénégal : Chronique d’une spoliation ».

Tout comme ceux qu’il accuse du côté du pouvoir d’être des spoliateurs, lui aussi est pourtant désigné comme étant quelqu’un qui n’aurait pas la main tout à fait blanche dans cette affaire du pétrole et du gaz. Il y aurait selon certains, des intérêts. On reprocherait à Ousmane Sonko de s’être enrichi à coups de milliards de FCFA auprès d’une puissante compagnie pétrolière pour qui, il roulerait. De toutes les façons, la guerre du pétrole est bien lancée au Sénégal.

L’homme sait jouer faire peur. Alors que la polémique est relancée sur les concessions autour du pétrole et du gaz, le leader du Pastef cherche à se montrer en puissance. Au moment où l’ancien Premier ministre du Président Macky Sall, Abdoul Mbaye, ainsi que l’ancien ministre de l’Energie (qui ont à un certain moment, chacun en ce qui le concerne a eu à avoir connaissance du dossier), effectuent des sorties très suivies sur l’affaire, Ousmane Sonko, comme pour ne pas se faire oublier, se rappelle à nos bons souvenirs.

Ousmane Sonko veut jouer le héros dans un scandale qui éclabousse l’Etat. Piqué par on ne sait quelle mouche, Ousmane Sonko, en toutes fanfares, déclare au milieu de la tempête, à travers un entretien accordé au quotidien L’Observateur, qu’il avait été auditionné dans le cadre de cette affaire, en 2017 par le FBI. Suivant une plainte déposée par le Collectif pour le recouvrement des avoirs miniers et pétroliers du Sénégal devant le Département de la justice américaine. Une audition qui se serait déroulée dans les locaux de l’ambassade des Etats-Unis à Dakar.

Fichtre, on a beau leur accorder ce rôle de première puissance au monde ! Seulement aussi puissants soient-ils, les Américains avec quels privilèges doivent-ils s’arroger le droit d’enquêter sur des concessions faites par rapport à l’exploitation et l’utilisation de ressources appartenant au Sénégal ? Si tel est le cas, et que lui, malgré tout accepte de répondre à une convocation d’une mission rogatoire américaine qui se donne le droit de s’introduire de force au Sénégal, sans l’aval de nos autorités, pour l’interroger sur une quelconque exploitation d’une de nos ressources, il peut alors mettre sous sa table d’écolier, les leçons de patriotisme qu’il cherche tant à inculquer.

Le quotidien SourceA a bien fait de relever qu’il s’agit là d’une vraie fausse audition. Xibaaru est en mesure de rafraîchir la mémoire à Ousmane Sonko qui le 30 décembre 2018, lors de la cérémonie de dédicace de son livre « Pétrole et gaz au Sénégal : Chronique d’une spoliation », soutenait avoir rencontré la veille à l’ambassade des Etats-Unis à Dakar, un fonctionnaire du FBI et un juge. Et Ousmane Sonko de livrer que ces entrevues (qui différent d’auditions) avaient pour but d’informer les autorités américaines sur ce qu’il considère lui-même comme étant une spoliation des ressources naturelles du Sénégal.

D’ailleurs, Sonko avait même cru bon de lâcher qu’il allait emprunter la même démarche auprès des autorités britanniques. Tiens, Tiens, BBC est une chaîne publique anglaise ! N’allez tout de même croire que nous voulons insinuer quelque chose. Certains pourraient toutefois dire, en voilà une étrange coïncidence ! Il est vraiment temps d’arrêter Ousmane Sonko dans ses délires.

Thiémokho BORE

1 commentaire
  1. Birima dit

    PSE=plan senegal endetté. Sinon comment expliquer le recul vers les pays les plus ndool.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.