Modern technology gives us many things.

Violences basées sur le genre : vers un dispositif de recueil des données

1

Le ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants s’attèle à la mise en place d’un dispositif fonctionnel permettant de prendre en charge les données relatives aux violences basées sur le genre, a indiqué Ndèye Saly Diop Dieng dans une interview parue mardi au quotidien Le Soleil.

‘’Nous sommes en train de mettre en place un dispositif fonctionnel à travers un service des statistiques sociales dont les missions prendront en charge particulièrement ce volet’’, a-t-elle notamment répondu à une question portant sur l’absence de données statistiques fiables sur ce phénomène.

‘’Mon département travaille sur la stratégie nationale pour l’autonomisation économique des femmes et des filles dans une perspective de s’aligner sur les grandes orientations du plan d’actions prioritaires de la phase 2 du Plan Sénégal émergent (PSE)’’, a par ailleurs assuré la ministre.

‘’Une innovation majeure est envisagée avec l’émergence d’un entrepreneuriat féminin structurant avec des unités économiques de taille intermédiaire positionnées sur les chaînes de valeurs agricoles’’, a souligné Ndèye Saly Diop Dieng.

Elle a expliqué que cette nouvelle vision allait s’articuler autour d’un renforcement des centres départementaux d’assistance et de formation pour les femmes à travers la réorientation de leurs missions vers l’accompagnement d’initiatives permettant de limiter les contraintes pouvant freiner le développement d’un entrepreneuriat endogène et pérenne.

’’Au plan social, l’accompagnement des femmes et des filles victimes de violence pour assurer leur réinsertion socio-économique va bénéficier d’un programme de soutien avec la participation des partenaires’’, a fait savoir Mme Dieng.

Il en sera de même pour la prise en charge sanitaire par le biais d’une synergie d’actions et un renforcement du dispositif en faveur des femmes atteintes de maladies comme le cancer du col de l’utérus, la fistule obstétricale, le Sida, a-t-elle ajouté.

APS

1 commentaire
  1. satar.V.A dit

    Personnellement je n’approuve pas l’appellation démagogique de « Ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfant ». La « protection des enfants » et la « femme » SE TROUVE DANS LE DENOMINATIF « FAMILLE ». On aurait pu tout simplement dire « Ministère de la Famille » et s’en arrêter à cela. Mais si on a une feuille de route maçonnique et libérale, on ajoute le mot « genre »!!!!! Mais faudrait il voir qu’à travers le GENRE nous avons l’humanité dans sa diversité sexuelle, LA FEMME ET L HOMME. Deux composantes en COMPLEMENTARITE et non en situation CONFLICTUELLE.
    En réalité le libéralisme en prônant l’aspect « genre » veut tout simplement augmenter la force productive du système, en mettant les femmes sur le marché du travail, avant c’était c’était seulement l’HOMME l’esclave du SYSTEME LIBERAL, MAINTENANT NOUS LAVONS L HOMME ETLA FEMME COMME ESCLAVES DU SYSTEME ! ET LA FAMILLE SE DISLOQUE, LES DIVORCES S INTENSIFIENT ET PLUS PERSONNE NE S INTERESSE AUX ENFANTS QUI APPARTIENNENT DE FACTO AU SYSTEME, QUI CONSTRUIT LA CASE DES TOUT PETITS, LES MATERNELLES POUR SUPPLEER AU DEFICIT PARENTAL ! Les enfants qui ont grandi ne se reconnaissent pas en leurs enfants et les enfants ne se reconnaissent pas aux parents ! C EST LA CRISE DES VALEURS !
    LA CONDITION MASCULINE IL FAUTEN PARLER DANSLES DEBATS SUR LE GENRE SI VOUS ETES VERIDIQUES ! QUE FAIT ON DE LA VIOLENCE FÉMININE SUR LES HOMMES OU DE LA VIOLENCE SOUVENT MEURTRIÈRE ENTRE FEMMES,,??

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.