Modern technology gives us many things.

Abdoul Mbaye actionnaire à Sored-Mines Sa : Yakham Mbaye déballe

0
« Abdoul Mbaye, je ne le lui reproche rien, car je ne suis ni juge ni Imam. Je le connais, contrairement à Mamadou Lamine Diallo. Il fut l’époux de ma cousine qui porte le même nom que ma mère. Premier ministre, lorsqu’il fut confronté à un type d’hostilités que je trouvais injustes, j’ai pris ma plume pour défendre l’institution qu’il incarnait.
Seulement, une réalité est manifeste : qu’il arrête, avec ses airs de bourgeois constipé, de nous donner des leçons de morale et de bonne gouvernance. Toute sa carrière est jalonnée d’imbroglios judiciaires retentissants.
Abdoul Mbaye, qui a planqué les milliards de francs Cfa du Président déchu d’un pays étranger exilé au Sénégal, disputé leurs avoirs à de dignes commerçants, impliqué dans une histoire de tripatouillage de document d’état civil, n’est pas mieux que Frank Timis qu’il vilipende. Il y a quelques années, lorsque Aly Ngouille Ndiaye, alors ministre des Mines, l’a publiquement mis en cause, il n’avait pas bronché.
Vous savez tous que l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives a cité le Sénégal en exemple l’année dernière, le classant quatrième au niveau mondial et premier en Afrique. Cette même Itie, dans son rapport 2013, à la page 87, indique que Abdoul Mbaye est actionnaire d’une société minière. Dans le rapport 2014, il avait démissionné, après avoir vendu trente tonnes d’or et récolté près de 20 milliards de francs Cfa dans ce qu’il convenu d’appeler le plus grand gisement d’or jamais découvert au Sénégal. La société s’appelait Sored-Mines Sa, et c’est par le décret 2007-1327 signé le 02 novembre 2007 par le Président Wade que Abdoul Mbaye avait obtenu une concession minière pour or et substances connexes sur le périmètre de Niamia, dans le département de Kédougou.
Tout détenteur d’une connexion internet peut accéder au site du Journal Officiel et y lire, en tapant «Sored-Mines-Journal-Officiel», le rapport de présentation de ce décret. Il dit ce qui suit : «La Société de recherche et de développement des mines (Sored-Mines Sa) est une société de droit sénégalais qui est titulaire du permis de recherche du périmètre de Niamia attribué par décret N°98-238 du 12 mars 1998 à la société Eeximcor-Afrique Sa, pour la recherche d’or et de substances connexes, renouvelé une première fois par arrêté N°5130 du 1er juin 2004 puis une deuxième fois par arrêté N°7433 du 20 juillet 2007. (…) Le périmètre de la concession minière couvre une superficie réputée égale à 120 km²».
Abdoul Mbaye était actionnaire à hauteur de 6,09% dans Sored-Mines Sa, et ce n’est qu’en 2014 qu’il a vendu ses parts à son associé Papa Ousmane Ahne. En clair, alors qu’il était Premier ministre, cette société minière dont il est actionnaire, bénéficiait de plusieurs faveurs. Aujourd’hui, il peut, sans coup férir, appeler les Sénégalais autour d’une «Allliance pour la citoyenneté et le travail».
Maintenant, si on raisonne comme tous ces donneurs de leçon, croisés de la bonne gouvernance disposés à aller incendier tous les paradis fiscaux, il y a quand même un gros problème avec cette histoire de Sored-Mines.
Qui contrôlait Sored-Mines Sa ? Abdoul Mbaye (6,09%), Papa Ousmane Ahne (27,31%) et 51% au nom de Terrysco ; le reste des parts à des membres de sa famille, dont son épouse. Terrysco, qui figure au cœur des Panama Papers, a été créée par le sulfureux cabinet panaméen Mossack Fonseca, le 19 mai 2006, bien après Sored-Mines, et dans le seul but de la contrôler, de loin, hors d’atteinte du Fisc sénégalais car elle a été immatriculée dans les Îles Vierges britanniques.
Enfin, dans le capital de Terrysco, apparaît Select Financia Holding, une société anonyme montée elle aussi par Mossack Fonseca, et immatriculée dans un autre paradis fiscal : le Luxembourg, avec adresse en Australie.
Mamadou Lamine Diallo, Abdoul Mbaye et compagnie n’ont rien à envier à Frank Timis. Pour parler de manière prosaïque, ce ne sont pas des opposants qui tirent le diable par la queue, ils sont riches comme Crésus, et donc armés pour déstabiliser en permanence. Et c’est à ça que nous devons nous attaquer, sinon personne n’aura pas la paix dans ce pays », a révélé Yakham Mbaye dans un entretien exclusif sur Dakaractu…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.