Modern technology gives us many things.

Ibrahim Sène : « le dialogue national est différent des assises nationales »

0

Ibrahima Sène est secrétaire chargé des Affaires économiques du Parti de l’indépendance et du travail (PIT) – Sénégal

Des acteurs de la classe politique, Ibrahima Sène se distingue par le courage à défendre ses idées. L’homme ne fuit jamais le débat et se prononce régulièrement sur toutes les questions d’intérêt national et international. Voilà pourquoi, via courrier électronique, nous lui avons soumis ces questions, auxquelles, il aimablement répondu.

Le dialogue national est lancé officiellement. Des personnalités de la société civile comme Famara Ibrahima Sagna, Général Mamadou Niang, Mazide Ndiaye…dirigent le dialogue. Restez-vous optimiste qu’à l’issue qu’on puisse déboucher sur un consensus fort et qui permettra d’aller vers un climat plus serein dans l’espace politique, social et économique ?

Le « Dialogue national » encours dans notre pays est inédit, pas seulement dans la vie politique du pays, mais aussi, de toute l’Afrique.

En effet, Il est différent du « Dialogue politique de 1992 », qui fut le résultat d’un large consensus politique entre le pouvoir et l’opposition pour surmonter la crise post- électorale de 1988, avec la mise en place d’un gouvernement d’Union nationale, dénommé, « Gouvernement de Majorité Présidentielle Elargie », composé du PS, du PDS et du PIT.

Par contre, ce présent « Dialogue » se tient dans un contexte de rejet des résultats de la Présidentielle de Février 2019, qui a viscié l’atmosphère politique, au point qu’une partie de l’opposition a refusé d’y participer.

Donc, il se tient sans aucun consensus politique sur le contentieux post électoral.

Même la gouvernance de l’organisation de ce « Dialogue » est différente de celle de 1992, puisqu’il est dirigé par une personnalité hors du système institutionnel du Pays, qui est à la retraite, en la personne de Monsieur Famara Ibrahima Sagna, alors que celui de 1992 était dirigé par une personnalité du système institutionnel, en la personne du Président du Conseil Constitutionnel de l’époque, le Juge Kéba Mbaye.

Il se différencie aussi des « Assises nationales du Sénégal » qui étaient organisées en 2008, du fait de la participation de l’Etat, et de la nature exécutoire des consensus obtenus, contrairement aux « orientations consensuelles » de celles-ci , qui devaient être portées par les différentes parties prenantes selon leurs sensibilités, sous la coordination d’un «  Conseil National de Pilotage »(CNP).

Enfin, par rapport à l’Afrique, ce « Dialogue national » est différent des « Conférences nationales » par la non remise en cause des Institutions de la République, qui, d’ailleurs, sont appelées à mettre en œuvre les consensus obtenus.

Ainsi, en organisant ce « Dialogue national », le Sénégal, sous le Président Macky Sall, a innové dans la recherche de consensus le plus large autour des défis auxquels nos peuples d’Afrique sont confrontés.

Il s’agit, comme l’a si bien dit le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence : « d’un dialogue sans exclusive, constructif et ouvert à toutes les forces vives de la Nation, aux forces politiques, économiques et sociales ».

Ne craignez – vous pas qu’au moment des travaux, au niveau de certaines commissions que ne surviennent des écueils, surtout lorsqu’il s’agira de remettre en cause certaines décisions prises déjà par l’Exécutif ?

 Il ne faudrait pas oublier que ce « Dialogue » est à la recherche d’un large consensus, et non d’une unanimité, qui est impossible à obtenir dans tout pays démocratique qui se respecte.

C’est pour cela, que notre pratique de « Dialogue » a toujours pris en compte, dans son rapport final, les points qui ont fait l’objet de consensus, d’une part, et, d’autre part, ceux qui ont fait objet de divergences ou de réserves, pour les soumettre au Président de la République pour arbitrage.

Il faut juste veiller à ce que les points qui ont fait l’objet de consensus, puissent être opérationnels, pour éviter des situations de drame, lors de leur mise en œuvre, comme cela fut le cas, lors de la première mise en œuvre du Code électoral consensuel de 1992.

En effet, le blocage du fonctionnement de la « Commission nationale de recensement des votes » lors de la Présidentielle de Février 1993, avait obligé, le Président du Conseil Constitutionnel d’alors, le Juge Kéba Mbaye, à décider unilatéralement, sans consultation aucune, de la manière dont elle devait délibérer pour proclamer les résultats provisoires.

La détérioration du climat politique qui a suivi cette rupture du consensus de 1992, est à l’origine de l’assassinat du Vice -Président du Conseil Constitutionnel d’alors, le Jude Babacar SEYE, en Mai 1993, lors des Législatives.

Le lancement du dialogue national montre qu’à présent, on assiste dans les rangs deux blocs, l’un qui participe aux travaux, l’autre qui pour des raisons diverses, boycotte. Cela aussi, ne va-t-il pas conduire à une situation où les décisions qui seront prises à l’issue du dialogue, ne soient rejetées par une partie de la classe politique ?

Il ne serait pas surprenant de voir que ceux qui ont boycotté le « Dialogue » en rejettent les résultats. Mais cela ne devrait pas empêcher de mettre en œuvre les consensus obtenus, sans états d’âme.

Le Président en a pris l’engagement, et ceux qui ont œuvré à ces consensus les défendront loyalement. Ce qu’il faudrait surtout souhaiter, c’est de voir que de nombreux points à l’ordre du jour, sont l’objet de consensus. Pour ce faire, je fais confiance au Président Famara Ibrahima Sagna et à son équipe, mais aussi à la volonté des parties prenantes d’en faire leur objectif.

Le dépassement et l’ouverture dont elles ont fait preuve en décidant d’y participer malgré les quolibets de tous genres, prouvent à souhait, leur courage politique dans la défense de ce qu’elles croient être le meilleur pour le pays et pour le peuple.

Lors du lancement du dialogue national, le Président de la République, à travers des allusions, montre qu’il respectera la Constitution en ne briguant un troisième mandat au terme de celui-ci.  Comment, voyez-vous l’avenir de Benno Bokk Yaakaar ?

Réponse : Je vois que BBY est une véritable énigme pour les journalistes.  Ils ont passés le plus clair de leur temps, durant les 7 ans du premier mandat du Président Macky Sall, à pronostiquer son implosion, ou sa disparition.

Aujourd’hui, dès le début du second et dernier mandat de 5 ans du Président Macky, ils prédisent déjà la fin de BBY. Ils oublient que BBY est une alliance politique, qui a surmonté les clivages « Gauche/Droite » pour rassembler, durant toute une période historique, les forces républicaines, démocratiques, citoyennes, pan africaines, pour promouvoir le progrès du peuple sénégalais dans la stabilité et la paix civile, et dans l’intégralité de son territoire sécurisé.

Une telle alliance ne meurt jamais, et ne peut que se renforcer dans le temps, avec certes des départs, mais aussi, des arrivées. Elle se renforce que son expérience acquise dans la cohésion de ses composantes. C’est pour cela que BBY va survivre à ses fondateurs, qui transmettront leurs legs historiques à leurs cadres qu’ils ont couvés et formés dans l’action politique et la gestion de l’Etat.

 Lors du lancement du dialogue, de nombreux intervenants ont plaidé pour la clémence du Chef de l’Etat à l’endroit de Karim Wade et de Khalifa Sall pour une pacification de l’espace politique. Quel est votre sentiment à ce sujet ?

Notre espace politique est pacifique.  Il n’y a pas de violence politique, et les partis mènent librement leurs activités. Il ne faudrait donc pas oublier, que nous sommes dans une démocratie multi partisane dans laquelle le pouvoir et l’opposition parlementaire, s’acquittent de leurs devoirs, et jouissent de leurs droits, en votant les lois de la République.

C’est pour cela qu’en dehors du Parlement, l’instauration du « Dialogue national », permet de trouver des consensus forts pour mieux rassembler notre peuple autour de la défense de ses intérêts, à chaque fois que de besoin.

Son objectif est de créer des conditions subjectives pour le dépassement des contentieux électoraux, politiques, économiques et sociaux, pour aider le Président de la République à mieux prendre en compte les attentes des populations, et   le Parlement (Majorité et Opposition) à mieux assumer  ses fonctions au profit du peuple.

Il n’est donc pas de son ressort, de régler un contentieux entre un citoyen, si éminent soit- il, et la Justice. En effet, Karim refuse d’exécuter une décision de Justice, et Khalifa a eu recours à un rabat d’arrêt.

Donc, leurs cas relèvent de la justice, et aucune ingérence dans la gestion des dossiers judiciaires des citoyens n’est acceptable, même de la part du Président de la République Dans ces conditions, je trouve contradictoire et dangereux, d’entendre des voix demander au Président de la République de les libérer, tout en critiquant le manque d’Indépendance du Pouvoir Judiciaire !

Vouloir une chose et son contraire en même temps, n’est pas rationnel. C’est tomber dans l’émotionnel qui est le pire ennemi de la République démocratique. Le Président de la République ne saurait intervenir dans ces deux cas, qu’après que Karim et Khalifa aient vidé leur contentieux avec la Justice !

Par Thiémokho BORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.