Modern technology gives us many things.

Les Wade dos au mur : les militants réclament enfin le…

1

Au PDS, l’heure de la restructuration a sonné

S’il y a un parti qui se trouve aujourd’hui à l’heure de la course contre la montre, c’est bien le Parti démocratique sénégalais (PDS). L’exercice s’annonce difficile pour ce parti, qui après de longues années d’opposition, a eu à exercer le pouvoir pendant 12 ans avant de connaître la  chute.

Chute pour avoir perdu le pouvoir. Chute pour les nombreuses dissensions et défections qu’il connait depuis lors.

Le PDS est à l’heure du tournant. Aussi bien, dans l’opposition que lorsqu’il a été au pouvoir, Me Abdoulaye Wade s’est taillé la réputation de celui qui liquide lui-même tous ceux désignés comme étant ses propres dauphins.

Avec la perte du pouvoir par le PDS en 2012, Me Abdoulaye Wade qui s’est toujours arrogé le droit de distribuer comme un gâteau les postes au sein du PDS, voit aujourd’hui, cette prérogative lui être contestée. Me Abdoulaye Wade de se faire à l’idée que certains n’acceptent plus de le voir rester la seule constante au sein du PDS. Sinon comment comprendre ce désaveu qui lui a été infligé par son second au PDS, Oumar Sarr qui, contre son mot d’ordre, participe au dialogue.

Plus proche, c’était l’ex- porte-parole du PDS, Babacar Gaye avant qu’il ne soit déchu de son poste, a refusé de se ranger derrière la position du Pape du Sopi qui appelait au boycott de l’élection présidentielle. Avant, il y a eu des inconditionnels de Me Abdoulaye Wade, comme Pape Diop, Pape Samba Mboup, Farba Senghor…, à lui avoir tourné le dos.

Et le vent va se poursuivre. Me Abdoulaye Wade se trouve dos au mur. L’heure semble avoir sonné pour lui, pour qu’au PDS, les masques tombent une bonne fois pour toutes. C’est-dire qu’il lui appartient de connaître une bonne fois, qui au PDS, participe à son entreprise de laisser les rênes du PDS entre les mains de son fils Karim Wade ? Qui refuse un tel schéma ?

Plus que jamais, le temps est venu pour le PDS de se renouveler, de se restructurer, pour ne pas connaître ces tensions en son sein, et qui finalement lui feront perdre sa place de premier parti de l’opposition au Sénégal. Ce qui veut dire que Me Abdoulaye Wade ne dispose plus de trop de temps de manœuvres.

Les masques ont été dévoilés depuis. Il ne doit que les jeter pour ne pas laisser planer son parti dans l’incertitude et le plonger dans le gouffre. Membre de premier plan du PDS, Dr Cheikh Dieng qui en est le chargé des élections, appelle au renouvellement des instances du parti. Il demande à ce qu’il soit procédé à l’intérieur du PDS, une introspective. Ce qui veut dire que la fin de la récréation, et c’est Me Abdoulaye Wade qui détient le sifflet, soit sifflé.

Le dessein de Me Abdoulaye Wade est de remettre les rênes du PDS à son fils. C’est un secret de polichinelle. C’est dire, qu’il ne peut plus se permettre le temps des échéances où il ne pourra plus conduire les troupes, de vouloir entretenir un suspens dont l’issue est connue. C’est ce qu’il veut, qu’il lègue définitivement les rênes du PDS à son fils avec en clef une restructuration de l’appareil du parti qui pourra, après purges, affronter les futures échéances.

Thiémokho BORE

1 commentaire
  1. Salif Diedhiou dit

    Pourtant, tout ce que vous dites aujourd’hui, d’autres l’ont dit il y a 3 à 4 ans, vous les avez taxés de frondeurs. Aujourd’hui, vous dites la même chose: non au dictat de Karim, besoin de renouveler les instances,…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.