Modern technology gives us many things.

SONACOS : En quête d’une seconde privatisation

0

Quelques jours seulement, après son installation dans ses fonctions de Directeur général de la Société nationale de commercialisation des oléagineux (SONACOS), Modou Diagne Fada, qui faisait une tournée dans les usines de son entreprise, dresse le constat. La SONACOS connait une mévente estimée à 12 milliards de FCFA de son huile.

La SONACOS traîne dans ses magasins, de gros stocks d’huile. De l’huile d’une valeur de 12 milliards, qu’elle peine à commercialiser, et à écouler dans nos marchés, du fait de son manque de compétitivité face à l’huile importée.

Dans le même registre, le tout nouveau Directeur général de la SONACOS a évoqué l’éventualité d’une nouvelle privatisation de la société. Avant de parler d’une nouvelle privatisation (ce qui est d’ailleurs une exigence des institutions de Bretton Woods, Banque mondiale, FMI), Modou Diagne Fada sait qu’il lui faut d’abord s’attaquer à l’immense chantier de redressement de la SONACOS.

La SONACOS qui avait été florissante, avant de subir le déclin, avait été, dans un premier temps, privatisée. Son repreneur de l’époque, l’homme d’affaires, le Franco-libano-sénégalais, Abbas Jaber qui l’avait rebaptisée SUNEOR, était venu la plonger davantage dans le gouffre.

Incapable d’honorer ses engagements, Abbas Jaber avait même commencé à brader une partie du patrimoine de la société. N’eût été la forte résistance des travailleurs qui lui faisaient face, c’est tout le patrimoine qui allait être vendu avant que la SUNEOR ne dépose son bilan. D’année en année, les pertes s’accumulaient pour la SUNEOR, obligeant l’Etat face aux pressions de la reprendre des mains de Abbas Jaber, et de la rebaptiser SONACOS.

Cependant, le FMI ainsi que la Banque mondiale avaient fixé leurs conditions à l’Etat. Que la SONACOS ne devait retourner entre les mains de l’Etat que pour une durée bien déterminée. Les deux institutions de Bretton Woods avaient même fixé un délai à l’Etat, exigeant que la SONACOS soit reprivatisée au plus tard en fin 2018. L’Etat s’était engagé à redresser la société, à travers un plan d’investissement.

Des objectifs loin d’être atteints, alors que l’année 2018 est loin derrière nous, et que nous sommes au milieu de 2019. C’est pourquoi, Modou Diagne Fada le sait mieux que quiconque. Sa mission est de remettre la société sur les rails de la croissance, afin que sa reprivatisation puisse vite s’effectuer, afin de ne pas se mettre à dos le FMI et la Banque mondiale qui se montrent impatients dans ce dossier.

D’autant plus, qu’en cas de seconde privatisation, ce ne sont pas les repreneurs qui manquent. Il y a quelques mois de cela d’ailleurs, deux géants de l’industrie agro-alimentaire mondiale s’étaient montrés particulièrement intéressés par ce dossier. Il s’agit du groupe singapourien Wilmar et du français Avril, ancien LESIEUR.

Thiémokho BORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.