Modern technology gives us many things.

Revue de presse…L’accusation contre le ministre Sidiki Kaba à la UNE

0

La justice, avec notamment la polémique sur la non application au Sénégal du règlement n°5 de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) qui permet à toute personne interpelée par la police ou la gendarmerie d’être assistée par un avocat dès la garde à vue, alimente les quotidiens parus samedi.

« Non-respect du règlement n°5 de l’Uemoa : Sévère plaidoirie contre la police et la gendarmerie », titre L’Observateur, informant que le Bâtonnier de l’ordre des avocats du Sénégal annonce une plainte.

Selon nos confrères, Me Mbaye Guèye révèle une tentative « falsification de procès-verbal ». « Sidiki Kaba (ancien ministre de la Justice) en prend pour son grade », rapporte L’Obs.

Traitant du même sujet, Vox Populi affiche « les graves accusations du Bâtonnier contre Sidiki Kaba ».

Dans ce journal, Me Guèye affirme : « L’ancien ministre de la Justice (Me Kaba) et le Procureur avaient reçu instructions de ne pas appliquer le règlement n°5 à Khalifa (ex-maire de Dakar, en prison). Le juge n’a fait que dire le droit dans l’affaire Thione Seck comme cela devait être déjà le cas avec Khalifa Sall ».

Toutes choses qui font écrire au Quotidien que « le Bâtonnier (est) à charge » contre « Sidiki Kaba (qui) a mis le coude sur la circulaire avec la complicité du Procureur ».

Poursuivant, Me Mbaye Guèye soutient : « L’annulation d’une procédure est pour certains procureurs une affaire personnelle. Si on me pousse à bout, je révèlerai tous leurs secrets ».

A propos de l’application du règlement n°5 de l’Uemoa, EnQuête voit « la justice sur le grill », notant que la présence de l’avocat dès l’interpellation est une question centrale qui doit être tranchée.

« La police doit respecter la règle, c’est tout », estime un commissaire de police, sous le couvert de l’anonymat, alors que le Bâtonnier disculpe les officiers de police judiciaire (Opj) et charge Me Sidiki Kaba.

Quoi qu’il en soit, Me Assane Dioma Ndiaye, défenseur des droits humains, affirme qu’ « avec cette règle…il y aurait moins de risques de torture, d’extorsion d’aveux ».

En politique, le quotidien national Le Soleil titre : « Le dialogue politique en marche-Les Tdr (termes de référence) adoptés avec des réserves ».

Pourtant, Walf Quotidien fait état d’ « un dialogue de sourds », se focalisant ainsi sur le boycott du Front national de résistance (Fnr, opposition).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.