Modern technology gives us many things.

Fuite dans l’affaire Habré…Le forum du justiciable très inquiet

0

Ces derniers jours, la parution d’un livre sur l’Affaire Habré écrit par l’ancien responsable de la cellule de communication des Chambres Africaines Extraordinaires (CAE) a été suivie d’une plainte en diffamation et injures, déposée par les avocats du Président Habré. Des réactions également de responsables religieux ont permis de réaliser leur émotion par rapport à de graves accusations sans fondement dont ils ont fait l’objet.

Le Forum du justiciable rappelle qu’il a eu un statut d’observateur lors du procès Habré et de par cette participation, il a, à plusieurs occasions, souligné les graves manquements et nombreuses violations. Aussi, il déplore et trouve contraire aux principes généraux du droit, la poursuite d’un harcèlement médiatique contre le Président Habré alors même que tous les recours judiciaires sont épuisés et que la peine est en train d’être purgée depuis 6 années.

Une autre préoccupation majeure qui inquiété le Forum est celle relative à l’exploitation des archives judiciaires des CAE confié à l’Etat du Sénégal, par les statuts et l’accord de création des CAE entre l’Etat du Sénégal et l’Union Africaine. C’est ainsi que le Sénégal en a la garde et la responsabilité, plus précisément, c’est la Cour d’Appel qui les détient depuis la dissolution des CAE. La loi sur les archives nationales interdit tout utilisation ou exploitation et ce pour une durée de 100 ans.

Le Forum du justiciable estime donc qu’il est dangereux de laisser s’installer au sein d’un Etat de droit et au sein de l’administration de la justice, un régime d’exception qui n’est prévu par aucune disposition légale. Le Forum appelle donc au respect  absolu de la loi sur les archives judiciaires. Il en va de la crédibilité du système judiciaire national et de la sécurité juridique des institutions et des citoyens.

Par rapport aux  allégations visant les communautés religieuses, le Forum s’inquiète de la légèreté avec laquelle, la paix sociale et les fondations sur lesquelles reposent le vivre ensemble et la cohésion nationale, sont sapées par la satisfaction d’intérêts personnels au détriment de l’intérêt national.

Fait à Dakar, le 23 Mai   2019

Le Bureau exécutif

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.