Modern technology gives us many things.

Guerre de succession au PDS : Le plan de Karim pour prendre le parti de son père

0

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) est dans la tourmente. Oumar Sarr, son coordonnateur n’entre plus dans les grâces de Me Abdoulaye Wade.

Il est loin du temps où depuis la France où il se trouvait depuis sa perte du pouvoir, Me Abdoulaye Wade accordait toute sa confiance à Oumar Sarr qu’il avait désigné pour diriger en son absence, les affaires courantes du PDS. Durant tout ce temps, mal en a pris tous ceux qui, à l’intérieur du PDS, contestaient Oumar Sarr. Tous en ont pris pour leur grade, en se faisant remonter les bretelles par Me Abdoulaye Wade.

Seulement, cette fois Oumar Sarr doit faire face à Karim Wade. Depuis le Qatar où il se trouve, le fils de Me Abdoulaye Wade est cité comme étant celui qui manipule son père et le pousse à agir contre Oumar Sarr. Dans son entreprise pour fragiliser Oumar Sarr en vue de mieux le décrédibiliser, Karim Wade serait celui qui aurait rédigé le fameux communiqué du PDS signé par son père pour refuser de participer au dialogue national. Ceci, après que Me Abdoulaye Wade eut donné son accord et mandaté Oumar Sarr pour représenter le PDS au dialogue national. Pire, Oumar Sarr n’avait même pas été informé au préalable, avant que le communiqué ne soit rendu public, du désistement du PDS.

Un coup fourré donc de Karim Wade qui, dont la candidature à l’élection présidentielle n’avait été retenue, et qui, pour enfin montrer sa légitimité à tous, se bat maintenant pour la succession de son père à la tête du PDS. Karim Wade le comprend, l’heure est venue de mettre sur la table, la succession de son père. Cela est d’autant plus vrai, que nombreux sont les observateurs, y compris de nombreux militants et responsables du PDS, à condamner son attitude, visant à rester au Qatar et à envoyer sur le front au plan national, son père pour diriger le combat pour l’acceptation de sa candidature à l’élection présidentielle. « Inacceptable » pour ses pourfendeurs.

Ces critiques ont tout de même permis à Karim Wade de se rendre à l’évidence. L’heure, pour son père de se retirer de la gestion quotidienne du PDS a bien sonné. Donc, ce parti ne peut qu’être, entre de bonnes mains. Des mains sûres qui lui permettent d’assurer ses arrières. Pourquoi donc, laisser le PDS entre d’autres mains, alors qu’il estime que lui-même peut tenir les rênes ? Il est certain que Karim Wade ne peut courir le risque de laisser un homme comme Oumar Sarr, très doué politiquement, continuer à conduire le PDS en l’absence de son père. Dans son entreprise, Karim Wade ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Au contraire, tous ceux qu’il considérera comme étant un obstacle contre lui vont être maintenus loin des centres de décisions du PDS et laisser la place à ses hommes de main.

Thiémokho BORE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.