Modern technology gives us many things.

Refus d’augmentation des salaires…Voici pourquoi Macky a raison

0

Recevant les centrales syndicales à l’occasion de la fête du Travail célébrée le 1er mai de chaque année par la communauté internationale, pour la traditionnelle cérémonie de remise de cahiers des doléances ; le Président de la République, Macky Sall a pris de court tous ses interlocuteurs, en excluant toute idée d’augmentation des salaires dans la fonction publique.

Sa déclaration a provoqué le tollé au sein des acteurs syndicaux qui déjà commencent à se mettre en ordre de bataille pour faire face au Chef de l’Etat, Macky Sall dans sa volonté de ne procéder à une augmentation de salaires durant cette année.

Pourtant, on semble l’oublier, mais de par son statut de Chef de l’Etat, le Président Macky Sall est le plus renseigné dans ce pays. Qu’on se le tienne bien, selon les résultats de l’étude sur le système de rémunération dans la fonction publique. Selon les résultats de l’étude, les primes et indemnités au sein de la fonction publique ont augmenté de 30% en 2004, l’ont été de 20% en 2005 et 40% en 2006.

Pourquoi donc de telles hausses ? Si on y regarde à travers les résultats de cette étude, les primes et indemnités constituent la principale cause de cette hausse vertigineuse de la masse salariale dans la fonction publique. Le rapport rapporte : « Ainsi, la composante des primes et indemnités constitue la principale cause de l’explosion de la masse salariale, bien plus que les traitements de base. La proportion des primes et indemnités ordonnancées dans la masse salariale est en croissance constante. Cette tendance à la hausse perdure à ce jour, posant le problème de la soutenabilité budgétaire de ces accessoires de solde ».

A en croire, les résultats du rapport, les corps militaires bénéficient des taux les plus élevés, concernant les indemnités de logement, et selon de modalités différentes. Et, selon toujours le rapport : « Les enseignants du préscolaire, de l’élémentaire et des moyen et secondaire, quant à eux, ont vu leur indemnité de logement augmenter de plus de 70% en quatre (04) ans et leurs syndicats revendiquent néanmoins aujourd’hui, soit trois ans après la dernière hausse, une hausse supplémentaire, afin de la voir alignée sur celle consentie à d’autres corps de fonctionnaires ». Il faut ajouter, selon toujours le rapport, la création de l’indemnité de responsabilité particulière (Irp) accordée à partir d’octobre 2004 à certains corps de l’administration (ingénieurs, informaticiens, statisticiens, médecins, sortants de l’Ecole nationale d’administration (ENA), personnel du Chiffre, planificateurs, économistes etc.). Cette même indemnité s’accorde aux agents du cadastre.

Comme, si on voulait tendre à une plus grande équité dans l’administration, compte tenu de ces avantages, voilà que les corps n’ayant pas bénéficié de cet avantage, se voient accorder d’une allocation forfaitaire de soixante-dix mille (70.000) francs CFA pour les agents de la hiérarchie A et de trente-cinq mille (35.000) francs CFA pour ceux de la hiérarchie B. Ainsi d’autres agents qui correspondent aux hiérarchies C, D et E, par la même occasion, bénéficient d’une ligne d’augmentation de salaire non imposable de quinze mille (15.000) francs CFA. De la même manière que des fonctionnaires de l’administration ont pu bénéficier de plusieurs indemnités. En bref, de 2004 à 2006, les primes et indemnités dans la fonction publique ont connu une augmentation de 90%.

Des chiffres qui font peur, d’autant que cette tendance à la hausse, pose le problème de la soutenabilité budgétaire de cette augmentation de la masse salariale dans l’administration. Même si, dur est le constat, et si le Président Macky Sall, au vu de ce constat, n’avait raison sur tous.

Thiémokho BORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.