Modern technology gives us many things.

Dialogue national…Ce qui risque de plomber le projet de Macky Sall

0

Le Président de la République, M. Macky Sall, après avoir fait passer son projet de loi à l’Assemblée nationale portant suppression du poste de Premier ministre, compte concrétiser une autre de ses promesses, après sa réélection. Il convie acteurs politiques ainsi que membres de la société civile au dialogue national qu’il prévoit d’organiser le 28 mai prochain. Le Président de la République, M. Macky Sall pourra-t-il à cette occasion, compter sur la participation à ce dialogue nationale de toute l’opposition significative. Rien n’est sûr, même si l’une de ses principales forces, le Parti démocratique sénégalais (PDS) a donné son accord de principe de participer à ce dialogue national si certains préalables sont respectés. Pour cause, entre le Président et l’opposition, le fil du dialogue a été rompu, depuis sa prise de fonction à la tête de l’Exécutif.

L’opposition ayant toujours reproché au Chef de l’Etat de ne jamais la consulter quand il s’agit de prendre de décisions majeures touchant la vie de la nation. On a vu comment de façon véhémente, l’opposition représentée à l’Assemblée nationale a combattu le projet de loi portant suppression du poste de Premier ministre et qui a entraîné certaines réformes constitutionnelles. Elle reproche justement au Chef de l’Etat de ne pas l’avoir consultée, avant de prendre une telle décision. De la même manière que cette même opposition continue toujours de rejeter les résultats issus du vote à l’élection présidentielle du 24 février dernier. Les plaies sont toujours béantes. Et que restera-t-il pour elle, si elle doit participer au dialogue national ? Si ce n’est que du menu fretin à ses yeux.

Certes, il y aura à dialoguer sur qui doit être désigné chef de l’opposition et quel statut faudra-t-il lui accorder. Encore que sur cette question, l’opposition doute encore de la sincérité du Chef de l’Etat et voit sur cette affaire qu’une manœuvre politique visant à créer la division dans ses rangs. Faudra-t-il oui ou non, maintenir le parrainage ? Si oui, comment procéder ? Il demeure évident que les termes de références au dialogue national que souhaite le Chef de l’Etat risquent d’être rejetés par une large frange de l’opposition qui n’aura alors qu’à lui tourner le dos.

Thiémokho BORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.