Modern technology gives us many things.

Suppression du poste de PM : c’était chaud à l’Assemblée

0

Le projet de loi portant réforme constitutionnelle a été soumis, hier, au vote des députés. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les débats ont été houleux même si, cette fois-ci, on n’a pas eu droit aux insultes. L’opposition bien représentée a tenu à montrer jusqu’au bout son désaccord à propos de la suppression du poste de Premier ministre qu’elle considère comme un recul démocratique. Les uns trouvent la démarche employée par le président de la République inélégante tandis que les autres trouvent là un moyen pour l’exécutif d’accroître ses pouvoirs qui sont déjà immenses.

Quoi qu’il en soit, le ministre de la Justice, Me Malick Sall, qui était chargé de défendre le projet de loi devant le parlement, ne s’est pas laissé faire. Il a, en effet, riposté à la hauteur des attaques. « Il y a quatre ou cinq catégories d’interventions. Il y a des intervenants qui n’ont pas lu le projet mis à leur appréciation : délibérément ou soit parce qu’ils ne savent pas lire. Il y a un autre groupe qui est constitué des victimes du 24 février 2019, qui n’ont pas encore digéré leur rancœur. En tant que Garde des Sceaux, je ne peux rien pour eux. Ou tout au plus leur dire « massa », a-t-il dit aux détracteurs de la réforme.

Mais ce n’est pas tout, le ministre a également tenu à répliquer aux députés de Rewmi. « Nous sommes dans un pays où apparemment dans certains cercles, l’amnésie est devenue une vertu. J’ai été étonné d’entendre parler ceux qui sont aujourd’hui derrière les rédacteurs du protocole de Rebeuss, d’indécence républicaine. Ils devaient être les derniers à soulever ce genre de débat à l’Assemblée nationale », a-t-il martelé avant d’indiquer qu’il n’allait répondre qu’aux questions qui le méritent…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.