Modern technology gives us many things.

Suppression du poste de PM…Ce que cache Macky

0

Ça y est, la commission de l’assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi portant suppression du poste de premier ministre.

Ce qui fait jaser au sein de la classe politique sénégalaise. Aussi bien, au niveau de l’opposition, celui de certains secteurs de la société civile, on rue sur les brancards, tandis que du côté du pouvoir, on s’accorde pour expliquer le bien-fondé de cette décision du Président Macky Sall.

Qu’on le dise ou non, ce projet du Chef de l’Etat désarçonne du côté de ses adversaires politiques, de même du côté de son camp politique.

Le Président Macky Sall le sait mieux que quiconque, à moins de faire un forcing en 2024 pour se présenter à nouveau devant les électeurs, ce qui serait d’ailleurs suicidaire pour lui, il lui faudra désigner quelqu’un de sûr capable de rallier le suffrage des Sénégalais et qui pourra bien garder ses arrières.

Dans ce contexte, nommer un Premier ministre qui pourrait bien être le dauphin qu’il se serait choisi comporte des risques. Un Premier ministre qui à coup sûr serait la cible privilégiée de ses adversaires principaux de l’opposition, mais également de façon voilée ou non de membres de son parti, l’Alliance pour la République (APR) qui aussi ne cachent leur destin présidentiel. On sait ce qu’il en est du Parti socialiste (PS) lorsque le Président Abdou Diouf a voulu faire de Ousmane Tanor Dieng, son prochain dauphin à la tête de l’Exécutif.

In fine, le Président Macky Sall a appris la leçon. Le maintien poste de Premier ministre, cible de tous les bords pourrait entacher son actuel mandat, d’autant qu’à mi-parcours, en 2022, se tiendront des élections législatives lourdes de tous dangers. Car le Premier ministre qu’il désignerait, son probable dauphin désigné et cible toutes sortes d’attaques, serait fragilisé. Ce qui aurait pour conséquence la perte de sa majorité au niveau de l’Assemblée nationale. Une situation dangereuse qui l’obligerait si les lois constitutionnelles sont maintenues à l’état au Sénégal de cohabiter avec un Premier ministre de l’opposition en cas de victoire de celle-ci. Ce qui d’aurait réduirait les chances de son candidat à l’élection présidentielle de 2024.

Du coup Macky Sall fait bien son coup en supprimant le poste de Premier ministre, ce qui lui permet de mettre à l’abri le dauphin qu’il aura choisi au sein de son parti. De la même manière, ceci lui permet autant que possible de maintenir, en tout cas jusqu’en 2022, l’unité dans les camps de Benno Bokk Yaakaar (BBY) où certains partis, notamment du PS ou de l’AFP ne manquent d’ambtions à l’horizon de 2024.

Thiémokho BORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.