Modern technology gives us many things.

France : Cette guinéenne avait une jeune femme blanche comme…esclave

0

Humiliations, rabaissements permanents, violences physiques et psychologiques… Une jeune femme de 24 ans a été abusée pendant des années.

Une habitante de Boujan-sur-Libron, dans l’agglomération de Béziers, est suspectée d’avoir exploité à volonté une jeune femme pendant au moins quatre ans. La prévenue d’origine africaine, âgée de 32 ans, a été interpellée mardi dernier par le commissariat de Béziers, après une longue et minutieuse enquête de l’unité de protection sociale.

Le hasard fait parfois bien les choses. Au début du mois de janvier, l’unité de protection sociale du commissariat de Béziers entend un père de famille pour des faits de violence sur ses enfants. Durant l’audition, pour se défendre, il dénonce les agissements de son ancienne épouse demeurant à Boujan-sur-Libron. Cela va conduire les enquêtrices à découvrir une affaire d’“esclavage moderne”.

Une Française d’origine guinéenne aurait exploité à loisir une jeune femme de 25 ans. Cette dernière a alors été discrètement entendue et a livré son calvaire : humiliations, rabaissements permanents, violences physiques et psychologiques. Bref, une sombre histoire.

Il y a quatre ans, la jeune femme(la victime), actuellement salariée d’un restaurant biterrois, devait quitter précipitamment son compagnon, violent, alors qu’elle habitait la région parisienne. La mère de cette dernière ne pouvant l’aider, la victime a alors eu l’idée de lancer un appel à la solidarité sur les réseaux sociaux. Et c’est la suspecte, originaire de la même ville, qui s’est proposée.

S’offrir les services “d’un esclave blanc”

Elle aurait avoué à des proches vouloir s’offrir les services “d’un esclave blanc”. Et c’est ce qui va se passer. Prétextant avoir des dettes elle aurait pris l’ensemble du salaire de sa victime. Elle l’aurait aussi poussé à faire des demandes frauduleuses aux organismes sociaux pour percevoir des prestations indues. Tout cet argent était versé sur le compte bancaire de la suspecte.

La tortionnaire avait une emprise sur sa victime

En contrepartie d’un hébergement indécent, la victime devait faire le ménage et les courses, garder les quatre enfants de son bourreau, les déposer à l’école, sortir les six chiens. Des tâches variées parfois tardives à la fin de son service.  Elle devait également soigner les chiens de l’élevage clandestin de chihuahua.

Pire encore : cette serveuse, qui travaillait à temps partiel dans un restaurant du Biterrois reversait quasiment toutes ses ressources financières : son salaire, les aides sociales, ses pourboires…

La jeune femme, de type européen, avait tout juste de quoi s’acheter des cigarettes. Et pour s’habiller, elle devait en faire la demande à son tortionnaire. En plus de cela, la victime subissait des violences verbales, mais aussi physiques (coups de poings, de pieds, gifles), sans parler des humiliations permanentes. La victime, qui a aujourd’hui été prise en charge par les services sociaux, avait déjà porté plainte pour violence en 2017, mais la plainte avait ensuite été retirée.

Mardi, la mise en cause a été interpellée par les services de police. Elle a été présentée ce vendredi devant le parquet de Béziers. Le juge des libertés et de la détention l’a placé en détention provisoire. Elle sera jugée lundi 8 mars à 14 h, devant le tribunal de Béziers dans le cadre d’une comparution immédiate. Poursuivi pour traitement inhumain et dégradant, elle risque jusqu’à sept ans de prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.