Modern technology gives us many things.

Macky devrait inscrire la suppression du Poste de PM dans le dialogue

0

Suppressions du poste de Premier Ministre, contextes similaires ?

Le Sénégal est sur le point d’enregistrer pour la troisième fois une réforme constitutionnelle

ayant pour objet la suppression du poste de Premier Ministre.

En 1963, le Président Senghor, tirant les leçons sur les risques et les conséquences d’un

bicéphalisme au sommet de l’Exécutif, a fait adopter par référendum une Constitution qui

met le Président de la République à l’abri de toute éventualité d’obstruction à sa volonté.

En 1983, le Président Diouf, face à des barons puissants qui remettaient en cause sa légitimité

et constituaient une menace pour son pouvoir, procède pour la deuxième fois dans l’histoire

du Sénégal à la suppression du poste de Premier Ministre pour tenir tous les pouvoirs entre

ses mains et être lui-même au front en vue faire faire face efficacement aux frondeurs et

aux contestataires de son autorité.

La troisième suppression pourrait intervenir en 2019, sur décision du Président Sall,

nouvellement élu pour son second et dernier mandat, au motif qu’il vise la rapidité et

l’efficacité dans l’action de l’Exécutif.

Si en 1963 et 1983, les enjeux étaient liés à la consolidation et au renforcement des pouvoirs

du Président de la République en éliminant toute possibilité de remise en cause de son

pouvoir, la réforme envisagée par le Président de la République semble motivée par une

volonté d’anticipation sur :

– La lutte pour le dauphinat

– L’instabilité qui découlerait d’une probable cohabitation suite aux prochaines

législatives.

Il n’est pas évident que le changement envisagé soit une solution à ces préoccupations

C’est pourquoi, j’estime que, le Président ayant lancé un appel aux forces vives pour un

dialogue national, devrait par souci de logique et de cohérence inscrire cette question dans

la liste des points à discuter. Il lui reviendra alors, suite aux concertations, de procéder à un

arbitrage. Une telle démarche d’inclusion est un des défis que le Président de la République

devrait relever pour ce mandat.

La démocratie et la décrispation y gagneraient beaucoup.

Déthié Faye

Président de la C.D.R/ Fonk Sa Kaddu

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.