Modern technology gives us many things.

La coalition Idy2019 invitée à mettre en place un gouvernement parallèle

2

COALITION IDY 2019 : QUELLES SUITES ÉLECTORALES MAINTENANT ?

Après le forcing de Macky Sall s’attribuant la victoire au premier tour des élections présidentielles du 24 février 2019, par le truchement de Demba Kandji. Nombreuses sont les questions sur l’attitude, le comportement, ou la conduite à adopter par la COALITION IDY 2019, et surtout par le président Idrissa Seck.

Pour rassurer les partisans du recours devant le Conseil constitutionnel, nous affirmons, tout recours, introduit quel qu’il soit, n’a pour finalité que de lui faire jouer le bon rôle d’institution soucieuse de dire le droit. Alors qu’il (le Conseil) n’inscrira son action, que dans une mascarade juridictionnelle, dont le seul but est/sera de satisfaire les désirs, de Macky Sall. Sauf à être vraiment crédule, la finalité du rejet du recours ne saurait être une surprise pour quiconque, car l’équipe de Pape Oumar Sakho n’est pas celle de David Maraga du Kenya. Qui invalida le résultat de l’élection présidentielle du 8 août 2017, qui pourtant avait donné vainqueur le président sortant Uhuru Kenyatta.

Selon nous, le débat sur le recours, non intenté par l’opposition, serait mal posé. Car, le problème n’est pas de savoir s’il fallait, ou s’il ne fallait pas introduire un recours, mais les juges, entre autres, gardiens de l’équité, de l’ordre public, de la légalité, et de l’équilibre dans la société, devraient s’interroger sur la mission confiée. Lorsque, le citoyen n’a plus confiance en la justice, préférant ou acceptant de se faire harakiri, plutôt que de porter son affaire devant une juridiction étatique.

Pour obliger Idrissa Seck à faire allégeance à Macky Sall, et surtout à légitimer les fraudes et/ou le hold-up électoral, Macky Sall et ses partisans font pression directement, ou indirectement sur lui. Après avoir essayé de le convaincre par des sentiments politico-émotionnels sans résultat, maintenant, sans arguments, ils usent de subterfuges à connotation religieuse « il ne croit pas en Dieu », pour mieux le contraindre.

Ainsi, ils abusent d’éléments de langage, seulement pour le mettre à l’index, pour duper, et faire duper au grand bénéfice du baron Macky Sall. Suis ta route président (Idrissa Seck), ne te retourne pas, et ne t’arrête surtout pas, pour les écouter. Par leurs déclarations, ils cherchent à inscrire leurs bravades, dans la diversion pour couvrir leurs lourdes fautes, ou pour légitimer la méthode employée pour atteindre le but poursuivi.

Quelles que soient les menaces, intimidations, ou pressions (directes ou indirectes ; intentionnelles ou non intentionnelles ; exprimées ou insinuées), le mutisme est l’arme la plus redoutable face à Macky Sall, et ses sbires. Dont, il faut user et abuser, sans limitation pour les faire prendre conscience, de leurs actes inappropriés, et dangereux.

Pourtant, la non reconnaissance officielle de Macky Sall, comme président de la République par l’opposition ne l’empêche aucunement de présider aux destinées du pays. Cependant, ses amis et lui, submergés par un très sérieux cas de conscience, ont besoin de félicitations, ou de reconnaissances, par exemple de, Idrissa Seck non pour gouverner, mais seulement pour faire dissiper les remords nés de la confiscation de la volonté populaire.

A notre avis, ne pas contester son statut devant une juridiction, ou ne pas appeler au moindre acte séditieux, ou encore ne pas chercher à entraver de quelque manière l’exercice de son pouvoir est une forme de reconnaissance implicite.

Pour asseoir, par la force son vol prémédité, des élections présidentielles, avec son compère Demba Kandji, Macky Sall avait prévu de sévir sans retenue contre le peuple de l’opposition, au moindre gémissement protestataire. Parce que, loin d’être une simple démonstration pour apeurer ou pour intimider, l’exhibition de ses chars, et autres attirails de répression sont encore biens présents à l’esprit des sénégalais.

Que de déception, et de regret pour lui, il n’avait pas mesuré le degré de civisme, et de nationalisme d’Idrissa Seck, mais encore son côté de démocrate, et de républicain préférant, « se saborder » que d’exposer, ou de sacrifier son peuple. N’est-ce pas, la stature, ou la posture des grands hommes d’Etat. Qualités foncièrement absentes, et méconnues chez les apprentis dictateurs, dont Macky Sall est l’archétype.

Mais encore, lorsque des personnes qui ont sciemment enfreint les règles démocratiques, et l’État de droit, pour parvenir à leurs fins, cherchent à culpabiliser en parlant de courtoisie républicaine, ou de diplomatie c’est vraiment faire injure à notre intellect, ou à notre existence d’humains doués de raison. Quel singulier cynisme, de ces nouveaux convertis à la bienséance, avec leurs comportements actuels, qui frisent le paroxysme de l’irrespect total du peuple.

Nous souscrivons, sans réserve à la position du Docteur Babacar Diop du FDS (Forces Démocratiques du Sénégal), à savoir la mise en place d’un gouvernement parallèle. Seule façon, de se mettre en conformité avec le refus des résultats des élections présidentielles, ou de la négation du nouveau statut de Macky Sall conféré par Demba Kandji, très légitimement contesté par certains. Cette situation de ni/ni (ni Macky Sall, ni nous, au sens de traduction effective d’une certaine volonté) ne saurait indéfiniment perdurer, sans en tirer les conséquences qui s’imposent en de telles circonstances.

Aussi, si pareille décision (gouvernement parallèle) peut paraître provocatrice, ou antidémocratique voire antirépublicain à certains, selon nous, elle est la plus appropriée, à la situation du hold-up des élections, pour signifier formellement au peuple, le refus des résultats proclamés.

En pré-conclusion, nous tenons à redire, l’objectif du dialogue souhaité par Macky Sall, ne peut être un banquet d’allégeance à un « président » en quête de légitimité, après son hold-up électoral. Toutefois, dès lors que la COALITION IDY 2019 n’a présentement rien proposé comme alternative, ou comme projet pratique pour s’opposer à son statut actuel, il faut, à regret, penser à composer avec lui.

Pour la sortie de crise, l’occasion d’un dialogue constructif serait nécessaire, pour faire avancer démocratiquement le pays sur de nombreux points. Et pour ne pas rater l’histoire, étant donné qu’il aurait obtenu son second mandat, Macky Sall ne devrait pas s’opposer à faire des réelles ouvertures. Tout ceci pour dire, pas de dialogue, sans propositions préalables de l’opposition, avec des termes de référence qui le balisent, l’encadrent et le sécurisent.

Nous ne saurions conclure, sans rappeler, la décence voudrait, ceux qui plastronnent, seraient mieux inspirés de faire profil bas, pour le respect de ceux, qui cherchent à préserver la quiétude, et l’unité du pays.

Daouda NDIAYE

2 commentaires
  1. diola dit

    SOFF IDY DEMALE DIAYI KHOROM WALA PAGNE WALA YOKHOSS.

  2. dieuwrigne dit

    Un retraité de la politique ÑDEYSANE.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.