Modern technology gives us many things.

Frédéric Bougeant, coach du Sénégal de Handball…Il prolonge jusqu’en 2022

0

Le coach de Handball, Frédéric Bougeant va prolonger son contrat avec le Sénégal jusqu’en 2022…Explications.

C’est en plein déménagement, alors qu’il se prépare en famille à retrouver sa bonne ville du Havre, que Frédéric Bougeant, ex-coach du Fleury Loiret Handball, champion de France en 2015, a annoncé, ce vendredi matin, la prolongation de son « aventure », jusqu’en décembre 2022, avec la fédération sénégalaise de handball. Le tout, avec un rôle élargi.

Entretien avec l’actuel sélectionneur des Lionnes, finalistes de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN)..

Frédéric Bougeant, votre avenir professionnel va donc se poursuivre en lien avec le Sénégal.

« Je suis super-content. C’est un projet différent, innovant, par rapport à ce que j’ai pu faire pendant des années… Je suis désormais à la fois manager général de la fédération sénégalaise et entraîneur de l’équipe nationale féminine. J’étais en fin de contrat le 30 décembre et, après la qualification pour le Mondial, on m’a demandé ce que je voulais faire… Il a été décidé de profiter de la période actuelle. De surfer sur les bons résultats et d’embrayer sur un projet local afin d’intéresser et de préparer les jeunes… »

Avec un travail de formation à la base ?

« Je viens de mettre en place un projet sur le thème du handball à l’école. Le Sénégal avait déjà envie de se lancer dans cette voie-là, sans trop savoir comment faire… Les jeux Olympiques de la jeunesse au Sénégal en 2022 et la Coupe d’Afrique des nations, également en 2022, seront deux événements qui vont nous permettre d’avoir des échéances précises. Concrètes. C’est bien, parce que, si tu travailles dans le vide, cela n’a aucun sens. Par rapport à cela, on va également mettre en place un projet de beach-handball. On va aussi ouvrir un centre national d’entraînement à Dakar avec trente jeunes joueuses pour préparer une nouvelle génération ».

La tâche est vaste…

« Il y a tout à faire, mais le potentiel au Sénégal est énorme. Je m’y suis rendu en décembre, pendant douze jours, notamment à la frontière avec le Mali, en 4X4. Les jeunes jouent dehors, sur du béton. Il y a très peu de salles… Et, dans ces conditions-là, j’ai vu des gamines exceptionnelles. Le handball à l’école va nous permettre de nous lancer dans la détection, en lien avec un réseau de professeurs d’EPS qui, sur place, tourne bien. Je vais retourner au Sénégal en avril, pour un premier cycle. Une quarantaine de joueuses ont déjà été identifiées. On va faire descendre le nombre à trente. J’aurai, par ailleurs, des missions de formation de cadres. Et puis, en France, j’ai pour idée de créer des stages « Fred Bougeant », en relation avec des clubs. J’ai quelques pistes et j’aimerais bien les développer sur des périodes estivales. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.