Modern technology gives us many things.

Attentat de Christchurch. « Oeil pour œil» : le dérapage de la conseillère régionale Catherine Blein

0

Suspendue en 2017 par le Front National, pour des propos homophobes et islamophobes, la conseillère régionale de Bretagne Catherine Blein a suscité l’indignation ce samedi. L’élue a fait un parallèle, sur Twitter, entre l’attentat perpétré en Nouvelle-Zélande, ce vendredi, et la loi du talion.

Au moins 49 personnes sont mortes, vendredi 15 mars, pendant la prière du vendredi.

Un attentat,perpétré par un extrémiste d’extrême-droite australien,  qui a fait réagir Catherine Blein. La conseillère régionale de Bretagne, originaire de Moustéru, près de Guingamp (Côtes-d’Armor) a publié, sur Twitter, un commentaire, supprimé depuis, qui a soulevé l’indignation : « Tuerie en New Zealand : œil pour œil… »

Un tweet faisant référence à la loi du talion, symbolisée par l’expression « œil pour œil, dent pour dent ». Une loi faisant appel à la vengeance.

Des centaines d’internautes ont réagi, dénonçant une apologie d’acte terroriste, et indiquant avoir signalé ces propos au ministère de l’intérieur, ainsi qu’à la région Bretagne.

« Des propos honteux et scandaleux »

Le président de la Région, Loïg Chesnais-Girard, a également réagi, dénonçant des propos « clairement condamnables par la loi, honteux et scandaleux ».Je dénonce les propos de Madame Blein, élue sur la liste RN, qui sont clairement condamnables par la Loi. Honteux, dangereux et scandaleux !

— Loïg Chesnais-Girard (@LoigCG) 

Le président de l’agglomération Guingamp-Paimpol, Vincent Le Meaux, estime « intolérable »cette « folie meurtrière dans les propos d’une élue ».

Suspendue en 2017 par le Front National, pour des propos homophobes et islamophobes, la conseillère régionale de Bretagne Catherine Blein a suscité l’indignation ce samedi. L’élue a fait un parallèle, sur Twitter, entre l’attentat perpétré en Nouvelle-Zélande, ce vendredi, et la loi du talion.

Au moins 49 personnes sont mortes, vendredi 15 mars, perpétré par un extrémiste d’extrême-droite australien, pendant la prière du vendredi.

Un attentat, perpétré par un extrémiste d’extrême-droite australien,qui a fait réagir Catherine Blein. La conseillère régionale de Bretagne, originaire de Moustéru, près de Guingamp (Côtes-d’Armor) a publié, sur Twitter, un commentaire, supprimé depuis, qui a soulevé l’indignation : « Tuerie en New Zealand : œil pour œil… »

Le tweet de la conseillère régionale Catherine Blein, au sujet de l’attentat de Christchurch, a soulevé l’indignation sur Twitter | CAPTURE D’ÉCRAN TWITTER

Un tweet faisant référence à la loi du talion, symbolisée par l’expression « œil pour œil, dent pour dent ». Une loi faisant appel à la vengeance.

Des centaines d’internautes ont réagi, dénonçant une apologie d’acte terroriste, et indiquant avoir signalé ces propos au ministère de l’intérieur, ainsi qu’à la région Bretagne.

« Des propos honteux et scandaleux »

Le président de la Région, Loïg Chesnais-Girard, a également réagi, dénonçant des propos « clairement condamnables par la loi, honteux et scandaleux ».Je dénonce les propos de Madame Blein, élue sur la liste RN, qui sont clairement condamnables par la Loi. Honteux, dangereux et scandaleux !— Loïg Chesnais-Girard (@LoigCG) 

Le président de l’agglomération Guingamp-Paimpol, Vincent Le Meaux, estime « intolérable »cette « folie meurtrière dans les propos d’une élue ».La folie meurtrière dans les propos d’une élue de la république. Intolérable.

Vincent Le Meaux (@vlm22) 

Le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard a indiqué avoir saisi le procureur de la République, pour incitation au meurtre.J’ai engagé une procédure pour saisir le procureur de la République, au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, pour incitation au meurtre. Les mots ont un sens. Que chacun assume ses responsabilités dans la République.— Loïg Chesnais-Girard (@LoigCG) 

 

Le tweet supprimé

Contactée par Ouest-France, l’élue régionale « regrette » ces propos et « comprend que cela a pu être mal interprété » . Le tweet en question a été supprimé ce samedi matin, durant l’interview. « Ce n’était pas ma pensée profonde, je suis parfois impulsive. Des gens comme moi, pacifistes, sont poussés à prendre des positions extrêmes. Je voulais dire que, l’an passé, un attentat dans une église copte,en Egypte, a fait des morts. J’imagine que ce terroriste avait cela en tête au moment de la tuerie. J’aurais dû aller au bout de mon tweet en expliquant cela ».

Déjà exclue du FN

Alors qu’elle était candidate pour le Front National, lors des élections législatives de 2017, Catherine Blein avait suscité l’indignation jusque dans son propre camp, allant jusqu’à en être exclue, pour des propos islamophobes et homophobes.

Selon le code pénal, « le fait de provoquer directement à des actes de terrorisme ou de faire publiquement l’apologie de ces actes est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende. Les peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et à 100 000 € d’amende lorsque les faits ont été commis en utilisant un service de communication au public en ligne ».

Ouestfrance

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.