Modern technology gives us many things.

UCAD : le SAES/Cesti et le SUDES/ESR ne parlent pas le même langage

0

Après le mot d’ordre de grève de 72 heures décrété par la Section SAES/Cesti pour protester contre le non-respect des engagements signés par la Direction de l’établissement, le SUDES/ESR a sorti un communiqué pour marquer son désaccord, en dénonçant la violation des franchises  universitaires et les menaces sur l’intégrité physique des enseignants-chercheurs de l’UCAD, par certains enseignants du CESTI.

Si le droit de grève est consacré par la loi sénégalaise, il n’autorise nullement les personnels qui en usent, à obliger par la force des collègues qui veulent travailler, à ne pas le faire. C’est curieusement, ce qui est arrivé cette semaine au CESTI. Où certains enseignants grévistes se sont opposés, par la force à ce que d’autres collègues non concernés par leur mouvement dispensent librement, leurs enseignements.

« Le Sudes/ESR trouve inadmissible de tels agissements qui violent clairement les franchises universitaires et sont inédits dans l’espace universitaire sénégalais« , peut on lire dans le communiqué parvenu à Pressafrik.

Pire, le SUDES/ESR accuse le recteur de l’Ucad, d’être de connivence avec certains syndicats, pour « destituer la Directrice du Cesti. « Le Sudes/ESR avait saisi par courrier, Monsieur le Recteur de l’Ucad pour l’avertir, que des menaces avaient été proférées par les membres d’un autre syndicat, et lui rappeler son obligation de ne pas laisser prospérer le terrorisme syndical au sein de l’Université. L’inaction du Recteur Ibrahima Thioub est donc, la preuve d’une complicité objective face au harcèlement dont Mme la Directrice du CESTI est la victime depuis un certain temps déjà au sein de l’Institution qu’elle préside », disent-ils dans leur texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.