Modern technology gives us many things.

Une fusion du CESE et du HCCT et le retour du Sénat réclamés

8

En réitérant son appel au dialogue suite à sa réélection, le Chef de l’État ne fait que réaffirmer une conviction et une constance qui ont été au cœur de son premier mandat. C’est donc la poursuite d’une logique de consensus pour rassembler les sénégalais au tour de l’essentiel. C’est un acte de haute portée qu’il faut saluer à sa juste mesure car la gouvernance actuelle ne saurait faire l’économie d’un dialogue sincère et fécond. Car avec le dialogue le champ des possibles s’élargissent et notre commune volonté de vivre ensemble s’en trouve renforcée. Cela participe naturellement à la consolidation des acquis et au raffermissement des institutions pour un État fort et respecté. Bref pour un véritable État de droit.

En parlant d’État de droit notre point de vue englobe entre autres éléments la réorganisation de nos institutions pour plus de rationalité et de cadrage aux standards internationaux pour permettre à notre pays de jouer pleinement son rôle dans le concert des nations dites de démocraties majeures. Nous pensons en effet qu’en démocratie trop d’institutions tuent les institutions en ce qu’elles créent des doublons et annihilent leur utilité au regard des populations qu’elles sont censées servir.

Dans cette optique nous proposons sinon la suppression du moins la fusion du Haut conseil des collectivités locale, de la commission du dialogue des territoires et du conseil économique, social et environnemental en une seule et unique entité à même de mieux répondre aux aspirations des populations. A la place nous demandons le retour du Sénat. Ce faisant l’on y gagne doublement : le rééquilibrage des institutions et allègement des finances publiques car il ne faut point perdre de vue que ces institutions précitées sont budgétivores et n’ont pas totalement été adoptées par les masses populaires.

Sur un autre registre nous rappelons au Président de la République notre ardent désir de voir atterrir à l’assemblée nationale le projet de loi sur la modernisation les Daaras. C’est une attente légitime d’autant plus que des résolutions ont été prises dans ce sens à travers tout le pays. Sur ce point nous restons confiants car connaissant l’importance que le Président accorde à un tel projet pour corriger les inégalités.

Par ailleurs nous pensons que l’heure d’une université islamique a sonné pour accompagner la réforme initiée avec l’uniformisation du bac arabe et pour l’insertion et la formation des diplômés en langues arabe. De façon à leurs assurer une insertion socioprofessionnelle. Il va s’en dire qu’après leurs études, ces jeunes dont la plupart deviennent une proie de toutes sortes de déviations. Certains d’entre eux, faute de formation, se retrouve dans une situation d’errance sociaux professionnels, et  beaucoup tombe dans les affres de la charlatanerie, du wahhabisme, et des groupuscules religieuses déviante .L’Etat étant garant d’une éducation de qualité pour tous à la responsabilité d’orienté leurs études et les prendre en charge surtout dans un contexte d’expression des identités.

En effet une université basée sur nos us et coutumes avec en prime les enseignements de nos vénérés guides comme Cheikh Ahmadou Bamba, Cheikh Ibrahim Niass, Limamou laye et El Hadji Malick Sy Cheikh Omar Tall et Souleymane Ball entre autre serait un véritable rempart contre les influences que subissent nos compatriotes partis étudier dans certains pays arabo musulmans.

 

 

Le Coordonnateur                                                    

Souleymane GADIAGA       

8 commentaires
  1. anta dit

    pertinent

  2. PAPE dit

    bien dit

  3. jean paul dit

    excellente contribution

  4. demba dit

    une bonne proposition

  5. fall dit

    excellent

  6. sarr dit

    c’est une préoccupation majeure des populations

  7. ouleye kane dit

    j’apprécie votre intervention surtout pour les daaras moderne le président avait promis de régler ce problème il faut donner la chance à tous les enfants du senegal qu’ils soient issue d’une école coranique ou d’une école française. le daara de Dabia Odédji à bénéficier du programme du chef de l’état de construire des daaras moderne les salles de classe sont formé faute de suivi j’ai fais des démarche au niveau de MEN mais rien

  8. fama dit

    vos propositions sont pertinentes mais elles ne seront pas prises en compte car c’est des pertes de prébendes pour certains hommes politiques

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.