Modern technology gives us many things.

Le destin tragique de la victime belge du crash du Boeing éthiopien

0

Le crash du Boeing d’Ethiopian Airlines qui devait relier Addis-Abeba à Nairobi, au Kenya, a fait 157 victimes, parmi lesquelles une ressortissante belge, Ghislaine De Claremont (60 ans). A lire dans Het Nieuwsblad. En 1995, cette citoyenne de Rebecq, en Brabant wallon, avait déjà été sous les feux des projecteurs médiatiques.

L’infortunée passagère travaillait comme « personal banker » chez ING. Mère de deux enfants, grand-mère pour la quatrième fois récemment, elle était la seule Belge à bord de l’appareil qui a disparu des radars 6 minutes après son décollage. On ne sait pas ce qu’il l’amenait au Kenya.

Avant sa disparition, la sexagénaire n’avait pas été épargnée par la vie. En 1995, elle fut touchée par un drame terrible. A l’époque, elle se trouve au volant de sa Seat sur le ring de Bruxelles à hauteur de Dilbeek lorsque des malfrats attaquent deux fourgons et ouvrent le feu à 72 reprises. L’une des balles atteint Mélissa, sa fille de 10 ans, assise sur la banquette arrière. Touchée à la colonne vertébrale, la jeune fille sera condamnée à passer le reste de sa vie en chaise roulante, paralysée.

Boeing dans la tourmente
Depuis ce drame, Ghislaine avait mené un long combat pour obtenir des dédommagements. Les auteurs n’ont jamais été retrouvés.

L’enquête se poursuit pour déterminer les causes du crash de l’avion d’Ethiopian Airlines. Le système antidécrochage pourrait être mis en cause. La société Boeing est dans la tourmente depuis l’accident. De nombreux pays s’interrogent sur la fiabilité de l’appareil car c’est la deuxième fois en cinq mois qu’un Boeing de ce type s’écrase. En octobre, un Boeing 737-800 MAX s’était abîmé au large de l’Indonésie, faisant 189 morts.

7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.