Modern technology gives us many things.

Ça bouge au Palais…Khaf sur la table de Macky

1

Après sa victoire à la présidentielle  au 1er tour, Macky Sall n’a pas eu le temps de se reposer que les dossiers les plus « pressants » tombent sur son bureau. Tout est parti de l’appel du président réélu à un dialogue national et constructif à travers lequel il tend la main à toute l’opposition et aux anciens chefs d’Etat.

Et dans les coulisses, cet appel du président a eu une réponse immédiate de la part des émissaires, acteurs politiques et responsables d’institutions.

Le dossier Khalifa Sall

Il a été pris en compte par le médiateur. « Il est impérieux que notre ami et frère, Khalifa Sall, puisse retrouver sa famille et sa dignité », a dit Alioune Badara Cissé, le médiateur de la République.

Ensuite Aminata Diallo, l’ex-chef de cabinet l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall emboîte le pas : « il faut d’abord sortir Khalifa Sall de prison et ensuite, foncer sur la table ».

Mais dans l’ombre, des chefs religieux s’impliquent pour l’affaire Khalifa Sall. Deux Khalifes généraux ont envoyé des émissaires au président réélu pour confirmer leur participation au dialogue nationale mais aussi solliciter l’amnistie pour Khalifa Sall.

Selon nos informateurs, seul le dossier Khalifa Sall aurait atterri sur la table du Président.

Quid du dossier Karim Wade ?

Selon notre source, ce dossier ne fait l’objet d’aucune négociation jusqu’à preuve de contraire…Toujours selon la même source, « l’ancien président, Abdoulaye  Wade ne veut plus en parler… »

1 commentaire
  1. Marvel dit

    La libération de Khalifa et ou de Karim , ne saurait interférer dans le dialogue politique recherché par le Président. Ils ont été tous les deux légalement jugés et condamnés pour malversation. Leur libération doit étre subordonnée à un remboursement préalable et intégral des sommes détournées. Toutes autre décision ferait porter à notre systéme judiciaire des balafres . C est à dire , quand on est politicien, on peut se permettre d abuser impunément des biens publics . C est la justice des forts. Quel juge va condamnerdemain , un agent de l État qui aura détourné 10 millions ? Les pauvres , voleurs de poulets et de chévres vont s éterniser en prison , sans pouvoir étre jugés à temps. De grâce n ouvrons pas la boîte de Pandore . Le dialogue politique si nécessaire soit il pour l apaisement du climat social ne saurait justifier une forfaiture . La Société civile qui doit veiller sur l égalité des citoyens devant la justice et la chose publique doit dés maintenant sonner l alerte .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.