Modern technology gives us many things.

Ils veulent être PM…L’APR plonge dans le complot

2

C’est un véritable complot qui se trame dans l’APR avant même la prestation de serment du président réélu

Le président Macky a remporté officiellement la présidentielle du dimanche 24 février dès la proclamation définitifs des résultats par le Conseil constitutionnel dans la soirée du mardi 05 mars dernier. Et depuis cette date, toutes les nuits de la majorité présidentielle sont parsemées de complots et de manipulations en tous genres…

Macky prête serment le 02 avril

Avant le 02 avril, date de la prestation de serment du président réélu, les manœuvres souterraines dans la coalition présidentielle et surtout dans l’Alliance pour la République (APR), parti du président de la République, ont pris place sur le bon sens. C’est la course aux postes de ministres, de Directeurs et chefs de cabinets, de conseillers et chefs de mission. Mais le poste le plus couru est celui de Premier ministre (PM).

Tous ceux qui ont gagné des zones difficiles veulent être PM. Et même ceux qui n’ont rien foutu et qui n’ont pas été vus pendant toute la campagne veulent le poste prestigieux de PM au nom de leur proximité avec le couple présidentiel…

Dans un quotidien de la place, on pouvait lire hier, les noms des prétendants au poste de PM : Aly Ngouille Ndiaye ou encore Mouhamadou Makhtar Cissé…Dans les salons feutrés du Café de Rome (célèbre hôtel où les pontes du régime vont faire leur gouvernement fictif), des noms comme celui de Abdoulaye Daouda Diallo ou encore Cheikh Kanté étaient cités.

Mais ce qui est le plus grave, ce sont ces responsables de l’APR ou de la mouvance présidentielle qui sont voués aux gémonies comme Amadou Ba, Birima Mangara ou autres responsables de l’APR…Ils sont tous simplement écartés au nom d’une théorie complotiste contre Macky Sall pendant la présidentielle 2019.

2 commentaires
  1. Door@fayoou dit

    Je cite un nom qui mérite tout le d’une nation.
    Je vous pris de ne jamais entrer dans ces choses de petit homme.
    C’est quoi un poste de première ministre.
    Si ce poste est une récompense politique retenez ceci ,vous n’allez jamais l’occuper.
    Si ce poste est donner par mérite ,vous serez le titulaire .
    Je n’ai jamais eu l’idée qu’un jour vous aurez le besoin de tel ou telle qui vous serez difficile .
    Après avoir rendu service à votre nation loyalement.
    Vous n’êtes pas du genre a qui la nation remet en cause son statut ou se doute sur ça personne.
    Vous avez l’incarnation d’un Président et non celui d’un ministre.
    Nous sommes tous derrière vous.

  2. Vivi dit

    Le président doit éviter de tomber dans les mêmes erreurs de 2012 en cédant aux désirs d’une société civile et de journaleux manipulateurs qui l’avaient poussé à sortir de leurs boîtes des monstres comme Abdoul Mbaye et l’ancien directeur de la Bicis.De bons banquiers peut-être mais piètres hommes d’État. Si l’un a accepté son limogeage,l’autre,à l’ego surdimensionné, continue à rêver éveillé d’un destin national et à polluer l’espace politique de sa rancune pour Macky.La lutte pour le pouvoir est légitime surtout quand le Président lui-même s’est débarrassé d’une première ministre pour la punir d’avoir perdu une élection locale. Qui peut le plus ,peut le moins.Le président dispose d’un vivier de cadres venant de tous les horizons de sa coalition. Des cadres qu’il pratique depuis assez longtemps et qu’il connaît bien.Entre Boun Abdallah, Mimi Touré, Ali Ngouille, Amadou Ba,Diouf SARR,Serigne Mbaye Thiam et le ministre du commerce et d’autres encore,il a de quoi faire.Ces gens sont comptables de son bon bilan.Et on ne peut pas louer un bilan et tirer sur ceux qui y ont contribué. Attention à ne pas céder aux sirènes qui hier seulement prédisaient votre chute en noyant les réseaux sociaux de fake news où la bassesse le disputait à la méchanceté. L’annonce du dialogue pouvait attendre un peu.Le temps de sonder Wade,Diouf et d’autres encore. Attention à discréditer les institutions en cédant aux pressions. La condamnation de Khalifa était justifiée. Personne ne peut se prévaloir des turpitudes des autres.Idem pour Karim.Leurs condamnations étaient un acte pédagogique fort et ont valeur d’exemples pour tous ceux qui sont tentés par le détournement de nos maigres ressources. Une campagne est en cours pour les dédouaner de toute forfaiture. Céder à cette campagne,c’est discréditer une justice qui n’a que fait son travail car elle a jugé à partir de faits.Il faudra peser le pour et le contre avant de prendre une décision au risque de discréditer l’administration pour longtemps.Diriger un pays,c’est souvent ramer à contre-courant de l’opinion commune pour la défense de principes.Un bon management de ce second mandat et vous resterez éternellement dans le coeur de beaucoup de sénégalais.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.