Modern technology gives us many things.

Présidentielle…Les sanglots d’un Émigré

0

Par Amadou Fofana, émigré Sénégalais au Congo

Cette lettre ouverte est indifféremment adressée à toute la classe politique sénégalaise par-delà des tranchées, les camps, les coalitions et les antagonistes insurmontables.
A l’orée donc de cette campagne présidentielle qui a mis à rude épreuve le sens du commun et le sens commun au Sénégal.
Conscient que invoquer le sens commun, c’est à dire invoquer le « Nous » collectif, par ces temps d’exacerbation des différences et des préférences, où les uns et les autres rêvent plus s’en découdre que de converger politiquement, peut friser l’indécence ordinaire ou la mièvrerie politique. Cependant, il faut se rendre à l’évidence que la politique n’est pas forcément un jeu à somme nulle où le gain des uns constitue nécessairement la perte des autres. Au-delà des lignes infranchissable que parcours le champ politique national il doit bien exister un point d’intersection où les visions contradictoires se recoupent.
Et pour trouver ce socle commun il faut s’adresser autant à ceux qui détiennent le pouvoir d’État qu’à ceux qui le convoitent.
L’essence de la politique, n’est-elle justement pas de construire des points de convergence et de compromis négociés pour faire monde commun?
Dans l’insouciance générale, on assiste à la sourde montée des périls dans nos communes.
Ma ville danse sur un volcan menaçant de déchaîné des colères ruminer et de faire sauter les verrous moraux qui nous ont jusqu’ici préservés de la violence généralisée.
Le drame de cette situation hideuse que nous traversons en ce moment à BOKIDIAWÉ, c’est que son issue risque de se jouer à quitte ou double.
Nous en sortirons ensemble ou nous sombreront ensemble.
L’urgence d’un sursaut collectif est plus qu’impérative, proscrire les solutions partielles et partiales au profit des solutions inclusive et globale.

La bienséance m’oblige avant de conclure cette lettre de prier pour notre cher Sénégal afin que le Bon Dieu dissipe toutes nos inquiétudes.
AMADOU FOFANA les sanglots d’un émigré du Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.