Modern technology gives us many things.

USA: La discrimination fondée sur les cheveux interdite bientôt à New-York

0

Très prochainement, la ville de New York pourrait interdire la discrimination fondée sur les cheveux. Suite à de nombreuses histoires où des personnes ont été renvoyées par exemple de leur travail ou encore de l’école ou d’un lieu public à cause de leur coiffure.

Selon le New York Times, cette interdiction de la discrimination capillaire, distincte de la loi fédérale anti-discrimination, est une première aux Etats-Unis. La municipalité a décidé d’agir après une série de plaintes pour discrimination dans un centre médical, une ONG, un salon de coiffure et un restaurant de New York, écrit le quotidien.

En exprimant une certaine discrimination avec le choix de leur coiffure, plusieurs personnes ne seront plus tolérés à New-York. Selon le New York Times, cela se fera en vertu des nouvelles directives qui devraient être publiées cette semaine par la Commission des droits de l’homme de la ville de New York.

Il sera question de cibler des personnes sur la base de leurs cheveux, au travail, à l’école ou dans les espaces publics. Tout ceci sera considéré comme une discrimination raciale.

En pratique, le texte adopté par la municipalité permet aux victimes – de harcèlement, de licenciement, etc. – d’attaquer en justice les auteurs de ces formes de discrimination. Ils encourent des amendes allant jusqu’à 250 000 dollars (220 000 euros), et il n’y a pas de plafond pour le montant des dommages que peuvent réclamer les victimes. La Commission peut mener des enquêtes internes et forcer les entreprises à réembaucher les salariés victimes de ces discriminations.

Les directives fourniront des conseils juridiques aux personnes harcelées, menacées, punies, rétrogradées ou licenciées en raison de la texture ou du style de leurs cheveux. La commission peut également imposer des changements de politique internes et des réengagements aux institutions incriminées.

« Les préjugés contre les cheveux bouclés des personnes d’ascendance africaine sont aussi vieux que notre pays et constituent une forme de discrimination fondée sur la race », a déclaré Chirlane McCray, première dame de New York.

« Il y a trop d’endroits, des écoles aux lieux de travail et au-delà, où l’idée que les cheveux qui poussent sur la tête des personnes d’ascendance africaine est, dans son état naturel, inacceptable.

D’après la commission, la ville de New York est l’une des premières juridictions du pays à mettre en œuvre ce type d’interdiction des cheveux.  Mme Malalis a dit: “J’espère que d’autres juridictions feront de même

Afrikmag

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.