Modern technology gives us many things.

La coalition Idy2019 attaque violemment…Samuel Sarr

0

Non Samuel, le Président Idrissa SECK ne veut pas de votre soutien !

C’est avec beaucoup de stupéfaction que nous avons lu la contribution de Samuel SARR, assimilable à une mission commando commanditée dans laquelle il s’attaque de la manière la plus virulente au candidat de la coalition Idy 2019.
La finalité saute aux yeux et n’est rien d’autre que de  tenter de semer le doute, à quelques jours de l’élection présidentielle du 24 février, dans l’esprit de l’électorat sénégalais dont les intentions de vote sont largement favorables au candidat Idrissa SECK.
Monsieur Samuel Sarr, votre entreprise, comme celles similaires et qui l’ont précédée, n’a aucune chance de prospérer.
En effet, les Sénégalais, dans leur écrasante majorité, ont déjà fini de se faire une idée sur l’homme Idy que vous avez toujours cherché, sans jamais y arriver, à salir.
Toutes les accusations à son encontre ont fondu comme du beurre sous le soleil.
Le complot politique qui l’avait conduit à Rebeuss où il séjournait pendant 190 jours, les prétendus enregistrements qu’ils auraient faits sur le Président Abdoulaye Wade ainsi que le protocole de Rebeuss ont été souvent agités par ses adversaires politiques  qui usent de ces subterfuges pour cacher leurs carences dans la gouvernance de l’Etat.
Toute spéculation mise à part, pouvez- vous révéler un seul dossier estampillé «Secret » que le Président Idrissa Seck a divulgué ?
Pourquoi avez-vous accepté de 2000 à 2004 d’être sous les ordres d’un homme dont vous voulez subitement remettre en cause ses qualités d’homme d’Etat ?
Oui Samuel, vous avez été témoin de l’histoire politique du PDS de 1988 à 2012, mais vous êtes également témoin de l’histoire du PDS de 2012 à nos jours, pan de cette histoire qui s’écrit.
Votre manière de conter l’histoire est très sélective car vous avez choisi d’omettre délibérément l’histoire entre 2012 et 2019 pour vous focaliser sur la période 1988-2012. Mais bref, nous avons compris votre projet.
Oui Samuel vous avez raison. En 2012 le Président Idrissa SECK avait mené un combat juridique pour s’opposer au troisième mandat du Président Abdoulaye Wade en sollicitant les plus grands experts du droit constitutionnel. Cet avis était du reste partagé par l’ensemble de la classe politique dont le Président Macky SALL qui avait aussi déclaré urbi et orbi que le Président Abdoulaye Wade n’avait pas droit à un troisième mandat.
Vous avez encore raison. En 2012 le Président Idrissa SECK a aussi mené un combat politique et le Président Macky SALL lui a usurpé la victoire.
Depuis lors, le Président Macky SALL vous mène la vie dure, vos frères libéraux et vous-même. Combien de fois a-t-il humilié le Président Abdoulaye Wade, accusé après la passation de pouvoir d’avoir volé des voitures et des œuvres d’art, patrimoine de l’Etat ?
Monsieur Sarr, qui a traduit devant la CREI et emprisonné puis faire exilé le fils du Président Abdoulaye Wade, Karim ?
Ne vous a-t-il pas mis la bride en vous plaçant sous contrôle judiciaire et vous interdisant de sortir du territoire national ?
Monsieur SARR, vous êtes vraiment très mal placé pour donner des leçons à qui que ce soit, vous qui n’êtes mis au-devant de la scène que dans des affaires nébuleuses : l’assassinat de Maître Babacar Sèye, le scandale du faux fuel de la SAR, votre dossier d’enrichissement illicite à la CREI, le blanchiment d’argent, entre autres dossiers qui planent comme une épée de Damoclès au-dessus de votre tête qui oriente votre choix surprenant de Macky SALL que vous interpeliez il y a seulement quatre mois en ces termes « Monsieur le candidat sortant, vous avez fait du fichier électoral votre patrimoine personnel, votre droit réel… Monsieur le Président de la République… votre démarche suspecte, vos entêtements à vouloir organiser les élections en huit clos et vos atermoiements à nommer une personnalité neutre pour organiser le scrutin présidentiel démontrent à suffisance de votre volonté à saborder la compétition pour se maintenir au pouvoir. Nous comprenons vos craintes de perdre ce pouvoir, mais soyez rassuré, nous ne sommes pas animés d’un sentiment de vengeance. Notre objectif c’est de sauver le Sénégal, ce beau pays étouffé par un club d’incompétents et gaspilleurs. Une fois le Sénégal débarrassé de cet essaim de termites pilleurs… »
Voilà votre VAR ! Les Sénégalais apprécieront pour dire si vous avez réellement une «conscience » que vous ne voulez pas « trahir ».
Tout compte fait, le Président Abdoulaye Wade a plus de contentieux avec le Président Macky Sall qu’avec le Président Idrissa Seck. Ses statuts d’ancien chef d’Etat et de chef de l’opposition lui sont reniés par le Président actuel qui lui doit tout et ne fait malheureusement rien pour lui rendre la monnaie de sa pièce.
L’heure du choix a sonné pour Abdoulaye Wade entre celui qui a tout fait pour qu’il accède au palais en 2000 (Idy) et celui qui l’en a délogé en 2012 (Macky).

Thiès, le 16 février 2019

El Hadji ABDOU Wade dit Mara.
Membre de la Task force communication de la Coalition Idy 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.