Modern technology gives us many things.

Un étudiant homo égorgé et son sang sert d’encre

0

En Algérie, le meurtre homophobe d’un étudiant en médecine de 21 ans choque les associations LGBT

Un jeune homme de 21 ans a été tué dans sa chambre d’étudiant sur le campus de l’université d’Alger, dimanche 10 février. Les deux meurtriers lui ont tranché la gorge et ont écrit « il est gay » sur le mur de sa chambre.

Un meurtre d’une violence inédite. Le campus d’Alger a été le théâtre d’un homicide homophobe. Assil Belalta, un jeune homme de 21 ans étudiant en médecine, a été sauvagement assassiné dans sa chambre par deux individus, dimanche 11 février, selon les médias locaux.

Le jeune homme rentrait dans sa chambre, sur le campus Ben Aknoun de l’université d’Alger, suivit par ses deux assaillants. Ils lui auraient ensuite tranché la gorge, avant d’écrire sur le mur de la pièce « il est gay » avec le sang de leur victime. Il a été retrouvé par des amis quelques heures plus tard.

Indignation

L’association de jeunes LGBT+ algériens, Alouen, a publié un communiqué sur son compte Facebook faisant part de son indignation. L’association désigne le président du syndicat national des magistrats ainsi que le Premier ministre comme responsables de ce meurtre. Deux semaines plus tôt, le président du syndicat des magistrats algériens avait déclaré que les associations des droits humains et les ONG qui demandent la décriminalisation de l’homosexualité en Algérie et la lutte contre l’homophobie « sont entrain de piétiner les valeurs et fondements du peuple algérien ».

Le Premier ministre, interviewé par une journaliste allemande avait, quant à lui, annoncé refuser de traiter de la question de l’homosexualité, au motif que « l’Algérie est une société qui a ses traditions » et que le pays n’est « pas pris dans un courant universel d’évolution ». Des déclarations très conservatrices qui ont indigné les militants LGBT+.

Rassemblement

Ce lundi 11 février, un rassemblement s’est tenu sur le campus de la faculté de médecine en hommage à Assil Belalta.

Au total, une centaine d’étudiants se sont rassemblés et une minute de silence a été observée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.